JTA – S’il y avait une seule parodie d’ »Uptown Funk » pour Pessah, Dayenu. Cela nous aurait suffi.

Mais dans la série des vidéos parodiques, on trouve deux imitations du hit de Bruno Mars et Mark Ronson, qui sembleraient être le « Let It Go » de cette année.

La tradition de la vidéo virale a été lancée à Hanoukka 2010, lorsque les Maccabeats ont transformé le « Dynamite » de Mike Tompkins en « Candlelight ». Désormais, les vidéos parodiques semblent être devenues un nouveau rituel des fêtes juives.

Dans une version de Michael Har Paz, réalisée par le groupe orthodoxe Aish HaTorah, des gars portant des tzitzit-et-lunettes et vêtus d’un accoutrement frum et hip-hop, chantent et dansent dans une maison huppée et dans les rues de ce qui ressemblerait à une implantation de Cisjordanie.

Dans une autre version a cappella du groupe Six13, des types en tzitzit-et-lunettes vêtus de frusques modernes orthodoxes et hip-hop chantent et dansent dans un appartement spacieux et dans les rues de l’Upper West Side de Manhattan. (Ils n’ont pas peur de se ridiculiser en rejouant des scènes de l’Exode biblique en costume dans les rues de Manhattan.)

Quelques refrains de la version de Six13 : « Kids singin’ “Mah Nishtana,” [Les enfants chantent Ma Nishtana] “Don’t be slavin’, just nosh” [Ne sois pas un esclave, bouffe] et “Uptown Passover’s coming to ya.” [Uptown Pessah chez toi]

Dans la version de Har Paz ? « Pesach funk gon’ give it to you!” “Fill it up the four cups!” [Remplis les quatre coupes] “Jews wrote the hallelujah! Don’t be slaves, just rise up!” [Les Juifs ont écrit le Halleluya ! Ne soyez pas esclaves, relevez-vous !]

Si l’ »Uptown Funk » n’est pas votre style, la Congrégation B’nai Shalom de Westborough, Massachusetts, a créé une parodie d’ »All About That Bass » de Meghan Trainor, « All About Those Plagues » [Tout sur ces plaies].

Si la production est plus modeste que les deux parodies d’ »Uptown Funk », le casting, comprenant des femmes et des acteurs de tous âges, est beaucoup plus diversifié.