La police a arrêté mercredi deux adolescents d’une implantation du sud de Jérusalem qui sont soupçonnés d’avoir agressé des chauffeurs de bus arabes israéliens au cours des derniers mois.

Les suspects ont été appréhendés alors qu’ils menaient une agression et tentaient d’asperger de spray au poivre un conducteur, a fait savoir la police dans un communiqué jeudi.

Alors que les forces de l’ordre ont demandé une prolongation de cinq jours de la détention provisoire des deux adolescents, âgés de 14 et 16 ans, la cour des magistrats de Jérusalem a indiqué qu’ils seraient placés en assignation en résidence au sein de l’implantation de Bat Ayin, dans le Gush Etzion.

Le juge a autorisé la police à les garder vingt-quatre heures de plus pour que cette dernière puisse faire appel de la décision du tribunal.

Une déclaration de Honenu, une organisation d’assistance juridique de droite qui défend les suspects, a estimé que la mise en scène qui a mené à leur arrestation était une « provocation ».

« Au lieu d’éradiquer le terrorisme sur les routes de Judée et Samarie, la police s’occupe de provocations », a fait savoir le groupe, se référant à la Cisjordanie sous son nom biblique.

Honenu a indiqué que trois bus israéliens ont été stationnés durant un long moment au coeur de l’implantation pour tenter d’attirer les suspects alors que des enquêteurs étaient assis à l’intérieur, habillés en civil.

L’organisation n’a pas expliqué la raison pour laquelle la présence de ces bus avait mené les adolescents à asperger de spray au poivre l’un des chauffeurs.

Bat Ayin accueille une communauté très nationaliste qui, selon sa politique, ne permet pas aux Arabes de pénétrer en son sein. Les résidents ont été impliqués dans un certain nombre d’attaques menées contre des Palestiniens et leurs biens dans le passé.

Stuart Winer a contribué à cet article.