Les forces israéliennes ont arrêté la semaine dernière un Palestinien soupçonné d’avoir mené un attentat à l’arme blanche qui avait fait un blessé du côté israélien il y a deux ans, ont fait savoir lundi les services de sécurité du Shin Bet.

Le 6 novembre 2015, un Israélien de 40 ans avait été poignardé aux abords d’une épicerie située dans le parc industriel de Shaar Binyamin en Cisjordanie, et son agresseur avait fui les lieux.

La victime avait reçu un coup de couteau dans la partie supérieure du corps et avait été emmenée à l’hôpital dans un état grave, indiquaient les médecins à ce moment-là.

Selon le Shin Bet, le terroriste – qui s’appelle Baraa Issi — avait été retrouvé peu de temps après l’attentat par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) et avait été placé en détention jusqu’à son arrestation, la semaine dernière.

Même s’il est resté incarcéré sous la surveillance de l’AP pendant environ deux ans, Issi n’a jamais été traduit en justice pour cet attentat, a précisé le Shin Bet.

Les ambulanciers paramédicaux sur la scène d’une attaque au couteau dans le parc industriel de Shaar Binyamin, en Cisjordanie, le 6 novembre 2015. (Crédit : Magen David Adom)

Issi est membre du Fatah, la faction la plus importante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui a le contrôle de l’AP, a ajouté le Shin Bet.

Il a été arrêté dans sa ville d’Anata, aux abords de Jérusalem, mardi dernier, après avoir été libéré par les forces de l’AP, a poursuivi le service de sécurité.

Le Shin Bet a établi que les services sécuritaires de l’AP n’avaient pas alerté Israël sur la libération prochaine d’Issi.

Un complice, Amro Abu Hlil, qui avait été également placé en détention par les forces de l’AP, a été arrêté par le Shin Bet au mois de mai et il est actuellement jugé devant un tribunal militaire.

« Les services de sécurité du Shin Bet, ainsi que ses partenaires au sein de l’armée et de la police israéliennes, continueront à oeuvrer avec détermination pour capturer les responsables du terrorisme et les agresseurs qui ont pris la fuite – même si les années ont passé depuis l’attentat », a indiqué le Shin Bet dans un communiqué.