Le Sénégal et la Guinée enverront leurs premiers ambassadeurs en Israël la semaine prochaine, alors qu’Israël continue d’étendre ses relations en Afrique.

Talla Fall, du Sénégal, et Amara Camara, de la Guinée, doivent présenter leurs lettres de créance respectives au président Reuven Rivlin mardi lors d’une cérémonie à Jérusalem, pour pouvoir prendre officiellement leurs fonctions d’ambassadeurs non-résident en Israël. Fall, qui représente également Dakar en Egypte, sera basé au Caire. Camara va travailler de Paris.

La Guinée et le Sénégal – deux nations à majorité musulmane en Afrique de l’Ouest – ont récemment amélioré leurs relations avec Israël. Alors que les deux pays avaient des relations diplomatiques avec l’Etat juif, aucun des deux n’avaient jamais avant nommé un ambassadeur en Israël.

Dakar et Jérusalem ont convenu il y a deux mois de normaliser leurs liens après qu’Israël a rappelé son ambassadeur au Sénégal en février. Le Sénégal avait soutenu la résolution 2334 du conseil de sécurité des Nations unies en décembre 2016. Jérusalem avait également annulé ses programmes d’aide étrangère au Sénégal dans le cadre de mesure de représailles prises contre les pays qui ont soutenu la résolution contre les implantations israéliennes.

Le 4 juin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le président sénégalais Macky Sall lors d’un sommet des dirigeants d’Afrique de l’Ouest au Libéria, après quoi les deux dirigeants ont annoncé la reprise des liens.

Israël a de nouveau envoyé son ambassadeur, Paul Hirschson, à Dakar, et le Sénégal a promis de soutenir la candidature d’Israël pour obtenir le statut d’observateur à l’Union africaine, a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué publié à l’époque.

Les dirigeants ont également accepté d’améliorer la coopération en matière de défense et d’agriculture, selon le bureau du Premier ministre.

Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d'une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)

Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d’une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)

La Guinée et Israël ont renouvelé leurs relations diplomatiques en juillet 2016, près de 50 ans après leur rupture. Le gouvernement de Conakry a été le seul à rompre les liens avec l’État juif après la guerre des Six jours de 1967 (plusieurs autres pays ont rompu leurs relations avec Israël après la guerre de Yom Kippour en 1973).

La République de Guinée – à ne pas confondre avec le petit Etat de Guinée-Bissau, qui est également en Afrique de l’Ouest, et la Guinée équatoriale, en Afrique centrale – compte environ 10,5 millions d’habitants, dont 85 % sont musulmans.

Sous le slogan : « Israël revient en Afrique et l’Afrique revient en Israël », Netanyahu a déclaré que sa portée diplomatique en Afrique était l’un de ses principaux objectifs de politique étrangère. En offrant aux pays africains une aide au développement, une coopération économique et le savoir-faire d’Israël pour la lutte anti-terroriste, Netanyahu vise à briser la majorité traditionnelle anti-israélienne dans les organisations internationales telles que l’ONU.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants d'Afrique de l'Est, à Entebbe, en Ouganda, le 4 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants d’Afrique de l’Est, à Entebbe, en Ouganda, le 4 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Au cours des 14 derniers mois, Netanyahu s’est rendu deux fois sur le continent africain et envisage d’assister à un important sommet Afrique/Israël au Togo prévu en octobre.

« Israël ne se préoccupe plus du passé, comme le font beaucoup d’anciens pays coloniaux, dans notre discours avec les pays africains. Notre relation est une relation de partenariat », a expliqué Hirschson, l’ambassadeur d’Israël dans les deux pays, au Times of Israel.

« Israël et de nombreux pays africains ont beaucoup de similitudes, à la fois dans nos expériences et nos conditions », a-t-il ajouté.

« Nous avons connu l’esclavage, l’exil et les réfugiés. Nous avons tous deux été conquis et colonisés et nous avons regagné notre souveraineté dans les temps modernes. Nous avons tous deux une approche familiale et de petites échelles en termes d’agriculture et, comme dans de nombreux cas à travers l’Afrique, nous vivons à l’intérieur et à côté du désert ».

Quelques dizaines d’hommes d’affaires israéliens vivent en Guinée et au Sénégal.

Netanyahu, lors de sa visite du 4 juin à Monrovia, a rencontré les présidents d’une demi-douzaine de pays d’Afrique de l’Ouest, y compris avec le président Ibrahim Boubacar Keita du Mali, une nation à majorité musulmane avec laquelle Israël n’a pas de relations diplomatiques.

Plusieurs leaders africains se sont également rendus en Israël ces derniers mois.

Plus tôt cette semaine, le Cap-Vert a annoncé qu’elle ne votera plus contre Israël à l’ONU.