Deux Israéliens ont été placés en détention provisoire vendredi pour avoir simulé une disparition en Cisjordanie occupée, ce qui avait fait craindre à l’armée un enlèvement par des Palestiniens, et donné lieu à de vastes recherches, selon des documents de justice.

Les deux hommes sont accusés de falsification de preuves, de troubles à l’ordre public et d’obstruction.

Des policiers, soldats et membres du service de sécurité intérieure Shin Bet ont ratissé jeudi pendant des heures des villages palestiniens près d’Hébron, secteur où l’homme était censé avoir disparu.

C’est dans cette zone qu’en juin 2014, trois jeunes israéliens avaient été enlevés et assassinés, déclenchant une série de violences ayant finalement conduit à une offensive israélienne meurtrière contre la bande de Gaza.

Selon les documents de justice dont l’AFP a eu copie, Niv Asraf avait simulé sa propre disparition pour tenter de reconquérir son ex-petite amie. Le plan était, ont rapporté des médias israéliens, de revenir au bout de quelques jours en affirmant avoir échappé à ses geôliers.

La première phase s’est bien déroulée : un ami d’Asraf, Eran Nagauker, s’est rendu à la police expliquant qu’il roulait avec l’amoureux éconduit lorsqu’un pneu de la voiture a éclaté près du village palestinien de Beit Hanoun. M. Asraf est alors parti pour chercher de l’aide, mais n’est jamais revenu, a affirmé son ami.

Rapidement, des dizaines d’hommes ont déferlé aux environs de Beit Hanoun, fouillant maisons et champs, et érigeant des barrages, avait constaté un journaliste de l’AFP. Au total, selon la police, la chasse à l’homme a coûté 240.000 euros.

Mais, vers minuit, Niv Asraf a été découvert près de la colonie de Kiryat Arba, non loin d’Hébron, emmitouflé dans dans un sac de couchage et avec des vivres.