Deux policiers égyptiens ont été tués jeudi dans une attaque armée contre leur camp dans la péninsule du Sinaï dans l’est de l’Egypte, selon des responsables.

Des inconnus à bord d’une voiture ont ouvert le feu sur les policiers qui étaient en faction devant le camp dans la ville de Rafah. Atteints à la poitrine, ils sont morts sur le coup, a-t-on ajouté.

Sur décision du président Abdel Fattah al-Sissi, l’état d’urgence a été prolongé le 26 avril pour une nouvelle période de trois mois dans des régions du Sinaï régulièrement secouées par des attaques jihadistes visant les forces de l’ordre.

Imposé fin octobre 2014 après la mort de trente soldats dans un attentat dans la province du Nord-Sinaï, l’état d’urgence s’accompagne d’un couvre-feu de 17H00 à 04H00.

Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, des groupes djihadistes ont multiplié leurs attaques contre les forces de sécurité, en disant agir en représailles à la répression sanglante contre les partisans de Morsi.

Les attaques djihadistes ont tué selon les autorités plus de 500 policiers et soldats. Elles sont généralement revendiquées par le groupe Ansar Beït al-Maqdess (les Partisans de Jérusalem en arabe), considéré comme la branche égyptienne de l’organisation jihadiste Etat islamique, depuis qu’il a fait allégeance à l’EI et pris le nom de « Province du Sinaï ».