La police a retenu, dimanche dans la matinée, deux proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour un interrogatoire dans une affaire de corruption présumée dans le cadre de l’achat de sous-marins à une compagnie navale allemande.

La police israélienne a indiqué qu’elle retenait « deux avocats chevronnés pour les interroger dans le cadre de l’affaire » des sous-marins.

Tandis que la police n’a pas révélé l’identité des deux hommes, il s’agirait notamment, selon de multiples informations, de David Shimron, cousin et avocat personnel de Netanyahu. Le second individu impliqué serait également un avocat proche du Premier ministre.

Shimron a déjà été interrogé à plusieurs occasions dans le cadre de l’enquête par l’unité anti-corruption de la police israélienne du Lahav 433, puis relâché. Il a été dans le passé l’avocat de Miki Ganor, représentant local du fabricant allemand ThyssenKrupp, qui est devenu témoin de l’accusation au mois de juillet et qui est considéré comme un suspect déterminant dans le dossier.

L’Allemagne avait reporté en juillet la signature d’un accord pour la vente de trois sous-marins Dolphin du géant industriel ThyssenKrupp à Israël. Cette décision intervenait après l’arrestation de plusieurs personnes soupçonnées notamment de corruption et de blanchiment d’argent autour de la transaction.

Les discussions ont repris en octobre après une pause de trois mois, même si l’enquête est toujours en cours, ont indiqué des responsables israéliens.

Les sous-marins allemands commandés par Israël sont susceptibles d’être équipés de missiles nucléaires et destinés avant tout à des missions d’espionnage au large des côtes iraniennes ou à des attaques en cas de guerre nucléaire entre les deux pays, selon des experts militaires étrangers.

Tandis que Netanyahu n’est, pour sa part, pas soupçonné dans cette enquête, connue sous le nom d’Affaire 3000, Shimron et un certain nombre d’autres proches associés du Premier ministre font figure de suspects dans cette affaire de corruption.

David Shimron, l’avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pendant une conférence de presse du Likud à Tel Aviv, en février 2015. (Crédit : Flash90)

La Deuxième chaîne a annoncé dimanche que Netanyahu devrait apporter son témoignage plus tard dans la journée, après son retour de Londres où il a célébré le centenaire de la Déclaration Balfour.

Selon des informations, Netanyahu sera également questionné par les enquêteurs dans deux enquêtes de corruption séparées où il est suspect, connues comme l’Affaire 1000 et l’Affaire 2000.

Dans l’Affaire 1000, Netanyahu et son épouse Sara sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, notamment des cigares et du champagne pour un montant de plusieurs centaines de milliers de shekels de la part du producteur de Hollywood Arnon Milchan, né en Israël.

L’Affaire 2000 implique un accord de compromis présumé passé entre Netanyahu et le directeur de la publication du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, qui aurait vu le Premier ministre affaiblir un quotidien rival, Israel Hayom, propriété de Sheldon Adelson, en échange d’une couverture de ses actions plus favorable.

Netanyahu a nié toute malversation dans les deux dossiers.

L’interrogatoire de dimanche sera le cinquième subi par Netanyahu en lien avec ces enquêtes depuis l’apparition des allégations au mois de décembre dernier.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.