Au moins deux rabbins orthodoxes israéliens ont commencé à effectuer des cérémonies de mariage pour Juifs israéliens en dehors du cadre officiel du Grand Rabbinat d’Israël, violant sciemment la loi, dans un geste pour marquer leur opposition à l’imbrication de la religion dans l’Etat et pour contester l’approche coercitive et conservatrice du rabbinat.
 
Même si les mariages sont effectués en stricte conformité avec la loi religieuse juive – la halakha – les rabbins et les couples enfreignent la loi israélienne et pourraient faire face à deux ans de prison pour leur « crime », a rapporté samedi soir la Deuxième chaîne israélienne.

La loi israélienne exige que les événements du cycle de vie – naissance, mariage, divorce et décès – soient traités sous le monopole du rabbinat orthodoxe.

Ce monopole est âprement combattu par les courants non-orthodoxes du judaïsme ainsi que beaucoup dans le monde orthodoxe, mais il a été maintenu au cours des décennies suite à l’insistance des partis politiques orthodoxes et avec le consentement des partis non-orthodoxes.

Dans un reportage sur ce qu’il a appelé une tendance croissante de ce type de mariages, la chaîne a interviewé deux rabbins – Charles (Chuck) Davidson et Elli Fischer – et un troisième rabbin, Dr. Michael Abraham, qui effectue également des divorces halakhiques en dehors du cadre du rabbinat officiel.

Abraham a qualifié le rabbinat de « néfaste, un peu corrompu et monopolistique. »

Interrogé sur qui préservera le judaïsme si chaque rabbin créait sa propre autorité de mariage ou de divorce, Abraham a répondu que le rabbinat israélien était « la dernière institution » capable de protéger le judaïsme, et que la foi avait bien réussi pendant des siècles sans lui et nous espérons que ce sera bientôt le cas.

Le rabbin Elli Fischer qui organise des cérémonies de mariage halakhiques en dehors du cadre du rabbinat israélien (Capture d'écran: Deuxième chaîne)

Le rabbin Elli Fischer qui organise des cérémonies de mariage halakhiques en dehors du cadre du rabbinat israélien (Capture d’écran: Deuxième chaîne)

Davidson a été filmé avec un jeune couple juive israélien, Michal et Naftali Segev, dont il a récemment organisé le mariage. Le couple a dit qu’ils avaient pensé se marier à l’étranger, entre autres options, car ils ne sont pas prêts à travailler avec le rabbinat israélien. Ils ont dit qu’ils savaient qu’ils enfreignaient la loi. Ils l’ont fait parce que, selon Michal Segev, la cause de la séparation de la religion de l’État « valait la peine de se battre. »

Davidson (qui comme Fischer est un bloggeur pour The Times of Israel) a dit avec un sourire que si, dans le pire des cas, « Je dois aller en prison », il demanderait de passer ses jours dans un Kollel de prison – une installation à temps plein où on étudie le judaïsme.

Fischer, qui a dit qu’il a reçu son ordination rabbinique orthodoxe il y a 13 ans, a affirmé que les couples qui lui demandent de les marier en dehors du cadre de rabbinat « le font la plupart du temps comme un acte de protestation contre le rabbinat d’Israël. » Mais pour lui, continue Fischer, effectuer ces mariages « est un acte de protestation contre le gouvernement d’Israël » qui permet le monopole du rabbinat sur les événements de cycle de vie.

Fischer a souligné que les mariages qu’il effectue ne sont pas moins stricts halakhiquement que ceux autorisés par le rabbinat.

Pour Davidson, la question du monopole du rabbinat est devenu de plus en plus intenable ; il a « atteint le fond, » a-t-il dit.

Ces derniers jours, le gouvernement a annulé une réforme destinée à faciliter les conversions au judaïsme qui avait été adoptée par la précédente Knesset, qui est la dernière d’une série incessante de conflits qui ont éclaté entre les courants du judaïsme alors que le ministre des Affaires religieuses d’Israël et un deuxième député ont lancé des attaques verbales contre les Juifs non-orthodoxes.

En fin de compte, a dit Davidson, « c’est le peuple d’Israël qui décidera ce qu’est le judaïsme. »