Deux sœurs de l’ex-Premier ministre palestinien du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh, détentrices de la citoyenneté israélienne et vivant en Israël, ont été condamnées à de la prison avec sursis pour s’être rendues illégalement dans la bande de Gaza, selon un jugement consulté jeudi par l’AFP.

Les deux veuves, auxquelles le mariage avec des Arabes israéliens avait conféré la nationalité israélienne, ont été condamnées à huit mois de prison avec sursis et 20 000 shekels (environ 4276 euros) d’amende chacune pour s’être rendues dans le territoire palestinien via l’Egypte début 2013 sans avoir obtenu de permis des autorités israéliennes.

L’accusation avait réclamé des peines de plusieurs mois de prison ferme contre Sabah Haniyeh, 48 ans, et Leila Abou Rkaik, 65 ans. Leur avocat a fait valoir qu’elles s’étaient rendues dans l’enclave palestinienne pour visiter des membres de leur famille qu’elles n’avaient pas vus depuis plusieurs années.

La loi israélienne interdit aux citoyens israéliens de se rendre dans la bande de Gaza sans avoir obtenu un permis spécial, accordé pour des raisons humanitaires très spécifiques, en général à des couples dont l’un des conjoints vit dans la bande de Gaza et l’autre en Israël, à Jérusalem-Est ou en Cisjordanie, a expliqué à l’AFP la directrice de l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme, Sari Bashi.

« Les autorités israéliennes ne donnent de permis que dans des cas humanitaires beaucoup trop restrictifs: décès ou mariage d’un parent proche », a indiqué Bashi.

« Cette politique ne respecte pas le droit au regroupement familial. Il y a des Palestiniens qui n’ont pas vu leur père ou leur mère depuis vingt ans », a-t-elle ajouté.

Ismaïl Haniyeh, 51 ans, avait été nommé Premier ministre en 2006 après la victoire du groupe terroriste du Hamas aux législatives.

Il avait été congédié en juin 2007 en plein affrontement fratricide entre le Hamas et le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Mais Haniyeh n’a pas reconnu son éviction et a continué à exercer jusqu’en 2014 et la formation d’un gouvernement palestinien censé concrétiser la réconciliation du Hamas et du Fatah.