Selon Tsahal, Israël a lancé une attaque aérienne dans le nord de la bande de Gaza, plus précisément dans la ville de Beit Hanoun, tôt dans la matinée du mercredi 22 janvier, tuant ainsi au moins un homme, reconnu comme étant un terroriste à l’encontre de l’Etat d’Israël.

Selon l’armée de défense israélienne, Ia frappe visait à éliminer Ahmad Zaanin, membre actif de l’aile militaire du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) [branche armée des Brigades d’Abou Ali Mustafa – interdite par l’Autorité palestinienne depuis l’assassinat de Rehavam Zeevi, ancien ministre israélien du Tourisme, en octobre 2001] qui serait à l’origine des récents tirs de roquettes contre Israël, lors de la cérémonie des funérailles de l’ancien Premier ministre Ariel Sharon, lundi 13 janvier.

D’après Gaza, un deuxième Palestinien aurait été tué en plus du membre du FPLP. La famille de la victime et les services d’ambulance ont identifié Ahmad Zaanin comme étant un des chefs du FPLP, tandis que le second homme a été identifié comme appartenant au groupe du Djihad islamique palestinien. L’agence de presse palestinienne Ma’an identifie le deuxième homme comme étant Mahmoud Youssef Zaanin, âgé de 23 ans.

Les deux hommes, surnommés les cousins​​, se trouvaient à l’intérieur d’un véhicule lorsque celui-ci a été touché par un missile de l’armée israélienne, racontent des témoins à l’agence de presse Reuters. L’armée israélienne affirme que le raid aérien a empêché une attaque imminente à la roquette contre Israël.

« Une des plus récentes attaques [d’Ahmad Zaanin], était d’avoir procéder au tir de roquettes pendant l’enterrement de l’ancien Premier ministre, Ariel Sharon », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

« Depuis 2009, Ahmad Zaanin, affilié au Djihad islamique palestinien, et qui travaillait en étroite collaboration avec d’autres organisations terroristes dans la bande de Gaza, a été l’auteur de nombreuses attaques telles que des embuscades et l’usage d’engins explosifs à l’encontre des soldats de Tsahal », poursuit le communiqué.

Le raid aérien est venu s’ajouter à l’escalade de la violence le long de la frontière entre Israël et Gaza. Depuis le 1er janvier, plusieurs douzaines de roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont touché Israël – il s’agit de la première escalade du genre depuis le cessez-le feu qui avait mis fin en novembre 2012 à l’opération Pilier de défense.

Plus tôt cette semaine, trois roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur le désert du Néguev occidental peu avant minuit lundi 20 janvier. Ces tirs n’ont pas fait de dégâts car les explosions se sont produites dans une zone ouverte située près du Conseil régional d’Eshkol.

Dans la soirée du lundi 13 janvier, deux roquettes de type « Grad » ont frappé la station balnéaire d’Eilat, dans le sud du pays, visant un espace ouvert à proximité du bord de mer, très fréquenté.