Le polémiste français Dieudonné a été condamné jeudi à 22 500 euros d’amende sous peine d’emprisonnement pour provocation à la haine raciale, au lendemain de sa condamnation à deux mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme.

Dieudonné M’bala M’bala, 49 ans, adepte des provocations, était jugé dans deux affaires distinctes pour des propos tenus dans son spectacle « Le Mur », dont la représentation a été interdite il y a un an.

Il a été condamné pour deux représentations de ce spectacle. Dans la première, il s’en prenait à un journaliste vedette de la radio publique France Inter, Patrick Cohen: « Si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu’il ait le temps de faire sa valise. Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage ».

Présent à l’audience le 28 janvier, Dieudonné avait expliqué ses dires par un « contexte général » de polémique l’opposant au journaliste.

« Je n’ai pas à prendre parti entre les juifs et les nazis. Je n’étais pas né, je ne sais pas qui a provoqué qui, qui a volé qui… Mais j’ai ma petite idée », a-t-il dit pendant la deuxième représentation, ce qui lui a valu une amende. Le polémiste est passible de prison s’il ne s’acquitte pas de la totalité de l’amende.

Dieudonné a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des provocations antisémites et la commercialisation du DVD du spectacle a été interdite.

Mercredi, un tribunal l’avait condamné à deux mois de prison avec sursis pour apologie d’actes de terrorisme, après son message « Je me sens Charlie Coulibaly ».

Le polémiste d’origine camerounaise avait posté ce message, rapidement retiré, sur Facebook le 11 janvier, alors que des millions de personnes venaient de défiler en France et dans le monde contre les attentats de Paris qui avaient fait 17 morts.

Il associait ainsi le slogan de soutien au journal satirique Charlie Hebdo, « Je suis Charlie », au nom d’Amédy Coulibaly, un des trois Djihadistes ayant mené les attentats, qui avait tué quatre Juifs dans un supermarché casher et une policière municipale.

Rendu célèbre dans les années 90 par ses sketches avec un humoriste juif, Elie Semoun, Dieudonné exprime depuis de plus en plus ouvertement des positions antisémites et s’est rapproché de l’extrême droite.