« Ce qui se passe à Gaza est quelque chose de dangereux. Je ne pense pas que ce soit un génocide mais je pense que c’est un massacre (…) Il s’agit d’une action disproportionnée », a affirmé la présidente lors d’un débat organisé par le quotidien Folha de Sao Paulo.

La diplomatie brésilienne avait déjà condamné la semaine dernière « l’utilisation disproportionnée » des forces d’Israël et avait rappelé son ambassadeur à Tel Aviv pour consultations.

Cette décision lui avait valu le qualificatif de « nain diplomatique » de la part d’un porte-parole de la diplomatie israélienne.

Mme Rousseff a « déploré » lundi le qualificatif de « nain diplomatique ».

« Au nom de l’humanité, la violence doit s’arrêter », a exhorté lundi le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, tandis que les principaux dirigeants occidentaux, dont Barack Obama, ont affiché leur volonté « d’augmenter » la « pression » pour parvenir à un cessez-le-feu.