Un dirigeant palestinien, Nabil Chaath, a affirmé mardi que le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington constituait une « déclaration officielle unilatérale de fin des négociations » de paix.

« M. Netanyahu a annoncé qu’il ne voulait pas de solution à la question des réfugiés et une reconnaissance de la judéité de l’Etat d’Israël, ce qui est totalement inacceptable », a déclaré à l’AFP M. Chaath, membre du Comité central du Fatah, le mouvement du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Il a accusé le Premier ministre israélien de « refuser toutes les règles des négociations de paix convenues avec l’administration américaine ».

M. Netanyahu a réitéré mardi à Washington devant le principal lobby pro-Israël aux Etats-Unis sa revendication que les Palestiniens reconnaissent « Israël comme Etat juif », pressant Abbas « dire ainsi aux Palestiniens d’arrêter de fantasmer sur l’idée de submerger Israël de réfugiés ».

Lors d’une rencontre lundi avec la chef du parti d’opposition de gauche israélien Meretz, Zehava Gal-On, M. Abbas a qualifié de « plaisanterie » l’idée selon laquelle il voudrait inonder Israël de cinq millions de réfugiés palestiniens disséminés dans la région, selon le bureau de Mme Gal-On.

« Pas un réfugié ne retournera en Israël sans accord israélien. Mais j’attends d’Israël qu’il fixe un quota de réfugiés qu’il acceptera chaque année », a expliqué Abbas.

M. Netanyahu a été reçu lundi par le président américain Barack Obama à la Maison Blanche, avant M. Abbas le 17 mars.

Lors de son dernier voyage au Proche-Orient en janvier, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a présenté un projet d' »accord-cadre » traçant les grandes lignes d’un règlement définitif portant sur les questions dites de « statut final » : les frontières, les colonies, la sécurité, le statut de Jérusalem et les réfugiés palestiniens.