L’ancien directeur du Shin Bet, Yuval Diskin, a accusé l’actuel directeur Yoram Cohen et le Chef d’Etat major Benny Gantz de se comporter « comme des enfants d’âge préscolaire » dans une querelle qui a éclaté cette semaine concernant la préparation – ou le manque de préparation – des deux organisations pour la guerre de Gaza de l’été dernier.

Diskin a écrit sur sa page Facebook : « Malheureusement, d’après mon expérience, cela créera des dommages, de graves [dommages] même, puisque l’atmosphère entre les organisations et leurs dirigeants affecte grandement la qualité de la coopération et les résultats sur le terrain ».

Diskin a trouvé à redire à la conduite des deux responsables, en disant que le Shin Bet n’aurait pas dû étaler publiquement sa version des faits – qui sont encore en cours d’analyse et de commentaires – et que la réponse l’armée israeliénne a été condescendante et « hypocrite. ».

Tandis que leur querelle publique avait du mal à se dissiper, Cohen a fustigé jeudi le chef d’Etat major après que ce dernier ait accusé son agence de briser les normes éthiques et de présenter de fausses informations au public.

Dans une lettre envoyée aux retraités de l’agence, le chef du Shin Bet, Yoram Cohen a défendu l’agence de sécurité et a déclaré que les allégations faites par l’armée israélienne étaient «dures, insensibles et sans précédent. »

La prise de bec, qui a secoué l’establishment de la défense en Israël, a été declanchée il y a quelques jours, quand un reportage de la Deuxième chaîne a diffusé des déclarations faites par un responsable du Shin Bet selon lequel l’organisation avait reçu des informations en janvier sur des préparations du Hamas en vue d’un conflit de grande ampleur ou d’une campagne contre Israël en été. Cette alerte, a-t-il insisté, avait été transmise aux responsables israéliens.