On passera à l’heure d’été ce vendredi lorsque nos montres et horloges passeront directement à 3h.

L’économie israélienne a réussi à gagner un montant estimé à 100 millions de shekels ces deux dernières années grâce à l’extension de la période pendant laquelle on reste à l’heure d’été.

En 2013, la Knesset a adopté une loi prolongeant la période de l’heure d’été pour qu’elle dure du dernier dimanche de mars jusqu’au dernier dimanche d’octobre. Avant cela, on passait à l’heure d’hiver le samedi soir avant Yom Kippour, de façon à ce que ce jour de jeûne, qui prend fin à la nuit tombée, semble finir une heure plus tôt.

Selon un communiqué publié jeudi par le ministère des Energies de l’Eau, la mise à profit de la lumière naturelle en octobre réduit de manière significative les dépenses énergétiques.

« Les dates des changements d’heure sont maintenant stables et le pays entier profite des économies et des heures d’ensoleillements en plus, pour la plus grande joie de tous les citoyens », a déclaré le ministre de l’Energie et de l’Eau, Silvan Shalom.

Cette période d’ensoleillement prolongée durera jusqu’au 25 octobre, juste après la fin des fêtes juives d’automne.

L’Autorité palestinienne déplacera les aiguilles de ses horloges samedi.

La Jordanie et la Syrie inaugureront l’heure d’été à minuit vendredi, c’est-à-dire deux heures avant Israël.

La plupart des Etats européens ne le feront que le 29 mars.

Pour anticiper les éventuelles erreurs, les entreprises de téléphonie mobile ont envoyé des messages aux utilisateurs quelques jours avant le changement d’heure les exhortant à réinitialiser manuellement l’heure sur leurs smartphones plutôt que de compter sur les mises à jour automatiques.

En septembre 2013, une énorme confusion a eu lieu après que l’Etat a décidé de reculer sensiblement le jour du passage à l’heure d’hiver.

Certains téléphones et ordinateurs programmés pour changer automatiquement d’heure sont restés à l’ancienne date et sont passés à l’heure d’hiver plus d’un mois avant le changement d’heure officiellement en vigueur.

Ce « changement fantôme » a entraîné une grande confusion au sein de la population alors que les téléphones, les ordinateurs et les applications de planification automatiques se sont détraqués.

Un certain nombre d’Israéliens ont déclaré être en retard au travail (et leurs enfants, en retard à l’école).

Le calendrier hébraïque suit le calendrier lunaire. De ce fait, Yom Kippour peut tomber entre la mi-septembre et la mi-octobre, ce qui signifiait que les Israéliens retournaient à l’heure d’hiver près d’un mois et demi avant la plupart des autres pays, où le temps de l’heure d’été prenait fin le 1er novembre.

En conséquence, la question de la transition de l’heure saisonnière est devenue un sujet controversé parmi les Israéliens, pris dans les tensions politiques entre les religieux et les laïcs.

Les partis religieux soutenaient en majorité le changement d’heure plus tôt pour faciliter le jeûne de Yom Kippour, qui dure du coucher du soleil au coucher du soleil du lendemain, mais certains militants laïques protestaient contre cette pratique qu’ils trouvaient inutilement incommode et coûteuse.

Ils ont fait valoir que la perte relativement tôt d’heures d’ensoleillement avait des conséquences sur les factures d’électricité et que cela causait un plus grand nombre d’accidents de voiture car les personnes qui seraient autrement rentrées à la maison en conduisant le jour étaient obligées de conduire dans l’obscurité.