Réservez votre table dès maintenant, car la troisième année de Tables rondes, le festival culinaire de trois semaines qui se déroule dans les restaurants de Tel Aviv (et un à Jérusalem) approche à grands pas.

La troisième édition de l’évènement accueillera 60 chefs de grands restaurants venus de 11 pays, dont six restaurants sont étoilés au Michelin, tandis que deux établissements ont deux étoiles.

Le ministère des Affaires étrangères est chargé de faire venir les chefs en Israël.

Le festival commence le 29 octobre et se poursuit jusqu’au 17 novembre, avec des repas à 269 shekels, 299 shekels et 399 shekels qui peuvent être achetés sur le site du festival.

« Ce n’est pas une compétition entre chefs », a expliqué Yair Bekier, cofondateur de Tables rondes.

« Nous ne vendons pas les meilleurs repas de la ville. C’est une expérience culinaire, que 99 % du public ne pourraient pas connaître autrement, et c’est ça l’idée. Nous leur donnons l’opportunité de connaître différentes cuisines, et la plupart des gens adorent ça. »

Le concept consiste à rassembler des chefs israéliens et internationaux, qui peuvent ainsi partager idées et ingrédients, et cuisiner ensemble pour quelque 14 000 personnes, a ajouté Bekier.

Une quarantaine d’apprentissages ont été créés à l’étranger pour des chefs israéliens, grâce à Tables rondes et son influence coopérative.

Le restaurant Herbert Samuel de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Facebook)

Le restaurant Herbert Samuel de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Facebook)

Certains des duos les plus brillants rassemblent Shahaf Shabtay, le chef de Nithan Thai, avec 7132 Silber, un restaurant deux étoiles des Alpes suisses qui travaille les repas de la ferme à la table, ou Mitsuharu Tsumura, chef péruvien, classé huitième mondial pour sa cuisine nikkei au Maido, et qui travaillera au Ya Pan de Tel Aviv.

Le restaurant Kadeau du Danemark, qui a une étoile Michelin et a récemment fait son apparition dans la liste des 50 meilleurs restaurants du monde, cuisinera aux côtés du chef Yonotan Roshfeld au Jonathan Food Club.

Roshfeld, l’un des chefs les plus expérimentés du festival, a expliqué que l’objectif de Tables rondes n’est pas d’exposer les chefs israéliens à leurs homologues européens, mais plutôt le contraire.

« Nous ne sommes pas moins talentueux ou moins investis, et je participe pour montrer cela », a dit Roshfeld, qui a aussi balayé l’importance des étoiles Michelin dans le classement d’un restaurant.

L’objectif de « Tables rondes est d’exposer ces chefs à Israël, et de leur montrer comment nous cuisinons. »

« Nous voulons qu’ils soient nos ambassadeurs, a-t-il dit, pour dire au monde entier que Tel Aviv a une cuisine. »

La seule option casher du festival est le restaurant de l’hôtel Dan, au 99 HaYarkon, où le chef Oved Alpiya accueillera le chef Andreu Genestra, une étoile au Michelin pour son restaurant espagnol.

Cette année, un restaurant de Jérusalem participera également au festival. Le restaurant Mona recevra le chef Simon Hulstone de The Elephant, de Devon, en Angleterre.

Dix des restaurants participant au festival proposent des menus de la ferme à la table, où les produits fermiers frais occupent une place importante.

Quand il lui a été demandé comment les chefs habitués à travailler ces produits se débrouilleraient dans les cuisines israéliennes, où les produits seront très différents de ce qu’ils ont l’habitude de travailler, Roshfeld a répondu que « vous ne pouvez pas être un bon cuisinier si vous ne pouvez pas emmener vos casseroles ailleurs. »