Les ministres du cabinet ont voté dimanche en faveur d’une modification de la législation contre les émeutiers condamnés pour avoir lancé des pierres et autres objets dangereux sur des véhicules.

L’amendement au code pénal imposerait une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 20 ans pour les lanceurs de pierres, alors que le pouvoir est aux prises avec une vague de troubles dans certains quartiers arabes de Jérusalem.

L’initiative est venue alors que la police a fait savoir qu’il y avait eu deux attaques à Jérusalem-Est dimanche, l’une visant un bus sur la rue Souleiman près de la Vieille Ville et une autre dans Talpiot-Est, au sud de la ville.

Deux mineurs ont été arrêtés au cours du dernier incident.

Pour effectuer la modification dans le code pénal, les ministres ont approuvé au cours de la réunion hebdomadaire du cabinet un amendement permettant au législateur d’augmenter fortement les peines pour les lanceurs de pierres.

Actuellement, les lanceurs de pierres condamnés encourent généralement jusqu’à deux ans de prison.

Les jets de pierres par des Palestiniens qui protestent contre l’activité des résidents des implantations est un phénomène fréquent sur ​​les routes de Cisjordanie. Une série de graves incidents se sont déroulés à Jérusalem-Est, y compris contre le tramway et les bus publics, au cours des dernières semaines alors que la violence s’est répandue dans une partie de la capitale.

Les conducteurs qui ont été victimes de jets de pierres souffrent souvent de blessures légères, mais il y a eu également plusieurs cas de blessures graves et même de décès suite à ces attaques.

Le projet de loi ne couvre pas la Cisjordanie, où l’armée israélienne est présente.

Au cours de la réunion gouvernementale, dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté les députés à faire progresser la législation en la matière, et a affirmé qu’une action judiciaire musclée était nécessaire pour réprimer les activités « terroristes » de la capitale.

« Israël prend des mesures énergiques contre les terroristes et ceux qui jettent des pierres, des bombes incendiaires et des feux
d’artifice », a déclaré M. Netanyahu.

« Nous allons également adopter une législation forte sur la question. Tout cela dans le but de restaurer le calme et la sécurité dans Jérusalem. J’ai ordonné que des renforts massifs soient mis en place [à Jérusalem] et que des moyens supplémentaires soient utilisés pour assurer l’ordre dans la capitale d’Israël. »

Le Premier ministre a donc promis la fermeté, tout en s’employant à l’apaisement. Il a redit n’avoir aucune intention d’autoriser les Juifs à prier sur le mont du Temple.

« Nous ne modifierons pas les règles sur le culte et l’accès au mont du Temple. Nous nous sommes engagés à maintenir le statu quo pour les juifs, les musulmans et les chrétiens », a-t-il dit.

« Ce qui est nécessaire maintenant, c’est de calmer les esprits, de faire preuve de responsabilité et de retenue afin d’éviter un embrasement sur et autour du mont du Temple. Il est plus facile d’attiser les flammes de la haine religieuse que de les éteindre », a-t-il ajouté.

Ce message est adressé « de la façon la plus claire » au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, ainsi qu’à « tous, y compris parmi nous », a-t-il dit en faisant référence aux activistes de l’ultra-droite israélienne, aux députés et à certains de ses propres ministres partisans d’une modification du statu quo sur le site.