Dustin Hoffmann s’était prévenu de ne pas être trop ému quand il apprenait l’histoire de sa famille dans le dernier épisode de « Finding your roots » (trouver vos racines), la série de généalogie de PBS [chaîne de télévision américaine]. Pourtant, l’acteur oscarisé de 78 ans a ouvertement pleuré quand il a découvert ses ancêtres paternels et leurs destins.

En fouillant le passé de sa famille avec l’aide du présentateur de « Finding your roots », le Dr Henry Louis Gates Jr, Hoffman a réalisé l’importance de son identité juive – quelque chose qu’il avait été amené à écarter.

Hoffman a été élevé à Los Angeles par ses parents qui sont venus de Chicago pour faire une pause avec leur famille et leur héritage juif. Il a été élevé sans connaissance ni du judaïsme, ni de ses ancêtres (au moins du côté paternel, qui était celui traité dans l’émission).

Grâce à l’enquête dans les archives des chercheurs « Trouvez vos racines », Hoffman a découvert qu’il n’avait jamais connu le père de son père parce qu’il avait été tué par les Bolchéviques pendant la guerre civile soviétique. Le grand-père d’Hoffman, Franck Hoffman, avait pris le risque de retourner dans ce qui est à présent l’Ukraine pour sauver ses parents des pogroms antisémites.

Peu après que les Bolchéviques ont tué Frank Hoffman, ils ont aussi tué son père, Sam Hoffman, l’arrière-grand-père de l’acteur.

Un article dans un journal soviétique de 1921 a révélé que l’épouse de Samm Hoffman, Liba C. Hoffman, avait été arrêtée pour avoir essayé de corrompre un officier du Cheka (l’agence de sécurité de l’état des Bolchéviques) et a été envoyé dans un camp de concentration. (Gates a supposé qu’elle avait dû essayer de savoir ce qui était arrivé à son mari.)

Liba Hoffman, qui était déjà en milieu de vie en 1921, a réussi à survivre au dur travail et aux conditions sévères du camp de concentration soviétique. Presque 10 ans après, elle a réussi à quitter l’URSS pour l’Argentine. Après quelques temps en Amérique du Sud, elle a réussi à obtenir un visa pour les Etats-Unis, où elle est arrivée au début des années 1930 à l’âge de 64 ans.

‘Je suis juif. Mettez-ça en évidence’

Liba Hoffman est allée vivre avec des proches à Chicago, et n’a probablement jamais rencontré son arrière petit-fils, qui vivait alors à Los Angeles avec ses parents.

Dustin Hoffman avait vu une fois une photo de son arrière-grand-mère sur sa candidature au visa argentin et avait lu le rapport médical des autorités de l’immigration américaine affirmant qu’elle était démente, avait une vision extrêmement faible, et une prothèse sur un bras en raison d’une amputation.

L’acteur a appelé son arrière-grand-mère un héros pour sa résilience face aux violences antisémites perpétrées contre elle et sa famille. Il aussi exprimé le regret que ce ne soit que maintenant, à presque 80 ans, qu’il apprenne finalement des choses sur les personnes courageuses et persistantes qui lui ont transmis leurs gènes. Ses larmes n’étaient clairement pas uniquement de la tristesse, mais aussi une déception profonde de s’être vu dérober de son héritage pendant toute sa vie.

Quand Gates lui a demandé comment ce voyage généalogique l’avait changé, Hoffman a répondu : « je suis juif ».

« Je suis juif. Mettez-ça en évidence. Ce n’est pas comme être noir, parce que quand vous êtes noir, c’est évident. Quand vous êtes juif, cela peut nécessiter une annonce, » a-t-il déclaré.