Les résidents de quartiers palestiniens de Jérusalem Est et une ONG israélienne ont adressé une pétition à la Haute Cour de Justice israélienne en raison de problèmes d’approvisionnement en eau.

Selon la pétition, déposée mardi par l’Association pour la défense des droits civiques en Israël (Acri), la plupart des habitations à Ras Khamis, Ras Shahada et Dahyat al-Salam, situés à Chouafat, « n’ont pas d’eau, ou quand ils en ont la pression est si faible que le flux s’arrête régulièrement ».

Cela a été le cas récemment pendant trois semaines, précise la pétition, qui demande aux autorités israéliennes d’intervenir immédiatement pour que l’opérateur local des services de l’eau assure un approvisionnement régulier.

Selon Acri, le problème de l’eau est « le dernier exemple, et peut-être le plus aigu, de la négligence par les autorités israéliennes des quartiers » situés, comme Chouafat, de l’autre côté de la barrière de séparation qu’Israël a construit autour de la plus grande partie de Jérusalem Est.

Dans les zones palestiniennes de Jérusalem, le réseau d’eau peut prendre en charge 15 000 personnes alors que la population est estimée entre 60 000 et 80 000 personnes, précise Acri.

L’avocate d’Acri, Karen Zafrir, a estimé que la municipalité devait avoir les mêmes obligations, notamment fourniture en eau, envers les habitants de ces quartiers même s’ils se trouvaient de l’autre côté de la barrière séparation.

« Il s’agit de résidents de Jérusalem, totalement sous la responsabilité de la municipalité et du gouvernement », a-t-elle indiqué.