Au moins 26 personnes ont été tuées dimanche dans un attentat à la bombe à l’intérieur d’une église copte orthodoxe au Caire, a indiqué la télévision égyptienne d’Etat en citant le ministère de la Santé.

L’explosion a eu lieu en pleine célébration vers 10h00 dans l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, contigüe de la cathédrale copte Saint-Marc, selon la même source.

Le bilan a progressivement augmenté de cinq à 20, puis 26 morts au minimum au fur et à mesure des opérations de secours sur le site.

Vendredi, le ministère de la Santé a indiqué que le bilan de l’attentat s’élevait à 26 morts, après le décès d’une femme de 70 ans des suites de ses blessures.

Odette Slah Mikhail se trouvait dans un état critique et avait subi trois opérations, a précisé le ministère dans un communiqué.

L’attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), a eu lieu en pleine célébration, dans l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, contigüe de la cathédrale copte Saint-Marc dans la capitale égyptienne.

Durant les funérailles des victimes lundi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait identifié le kamikaze comme étant Mahmoud Chafik Mohamed Mostafa, 22 ans.

La communauté copte n’avait pas connu d’attentat aussi meurtrier depuis l’attaque suicide qui avait fait plus d’une vingtaine de morts le 1er janvier 2011 à la sortie d’une église à Alexandrie.

Les Coptes orthodoxes d’Egypte constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen Orient et l’une des plus anciennes.

Faiblement représentés au gouvernement, les Coptes s’estiment tenus à l’écart de nombreux postes de la justice, des universités ou encore de la police.

Cet attentat a relancé les appels à durcir la lutte contre la mouvance jihadiste active dans le pays, en particulier dans le Sinaï où elle a mené une série d’attaques sanglantes.