Un groupe djihadiste qui se dit lié à Al-Qaïda a revendiqué jeudi la décapitation dans le Sinaï égyptien de quatre hommes qu’il accusait d’avoir collaboré avec Israël.

Le groupe Ansar Beït al-Maqdess (les Partisans de Jérusalem), qui tire parfois des roquettes vers Israël à partir du Sinaï voisin, revendique également régulièrement les attentats qui visent les forces de l’ordre égyptiennes depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

Les corps de quatre hommes décapités avaient été découverts la semaine dernière dans le nord de la péninsule du Sinaï par des habitants.

Dans une vidéo sur son compte Twitter, le groupe filme les « aveux » de quatre hommes présentés comme des « agents » d’Israël et qui reconnaissent collaborer avec le Mossad, les services secrets de l’Etat hébreu, avant de montrer leur exécution.

Le groupe affirme que cette exécution intervient en représailles à la mort de trois jihadistes tués « par un drone » israélien en juillet, accusant les quatre hommes d’avoir révélé à l’Etat hébreu la position des jihadistes.

L’armée égyptienne avait à ce moment-là affirmé avoir tué trois activistes qui transportaient des roquettes à bord d’une voiture et se dirigeaient vers la frontière avec l’Etat hébreu.

Ansar Beït al-Maqdess aurait été fondé principalement par des Egyptiens en 2011, après l’insurrection qui avait renversé l’ancien autocrate Hosni Moubarak.

Avant que Morsi ne soit chassé du pouvoir, le groupe prenait principalement pour cible Israël en attaquant les gazoducs approvisionnant l’Etat juif.

En janvier, ses combattants avaient lancé une roquette sur Eilat, station balnéaire israélienne sur la mer Rouge.

Le groupe a revendiqué la plupart des attaques spectaculaires visant policiers et soldats depuis la destitution de M. Morsi, disant agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue sur ses partisans.