Un tribunal a interdit mardi en Egypte le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ce mouvement terroriste palestinien étant considéré comme un allié des Frères musulmans, décrété organisation « terroriste » par le Caire, a annoncé une source judiciaire.

Depuis que l’armée égyptienne a destitué et arrêté le président islamiste élu Mohamed Morsi le 3 juillet, le nouveau pouvoir mis en place par les militaires réprime dans le sang ses partisans, notamment sa confrérie des Frères musulmans, et accusent le Hamas de « comploter » pour mener des actions violentes sur le territoire égyptien.

Un dirigeant du Hamas, au pouvoir à Gaza, a condamné mardi l’interdiction en Egypte par la justice des activités du mouvement islamiste palestinien, affirmant qu’elle « servait l’occupation israélienne ».

Une telle décision vise à étrangler la résistance et sert l’occupation israélienne », a déclaré à l’AFP Bassem Naïm, conseiller pour les Affaires étrangères du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh.