L’armée égyptienne a annoncé jeudi avoir tué un des chefs religieux du groupe Etat islamique (EI) dans des frappes aériennes dans le Sinaï, où une branche locale de l’organisation mène une insurrection contre les forces de l’ordre.

Au total, « 19 éléments » terroristes ont été tués dans ces raids, a annoncé l’armée dans un communiqué, qui précise que parmi ces hommes se trouvait « le chef du comité en charge des questions religieuses et responsable des interrogatoires » pour le groupe Ansar Beït al-Maqdess.

Auteur de nombreux attentats contre les forces de l’ordre dans le nord du Sinaï, le groupe Ansar Beït al-Maqdess avait prêté allégeance à l’EI en novembre 2014, se rebaptisant alors « Province du Sinaï ».

Mardi soir, l’EI a revendiqué une attaque visant un point de contrôle près du monastère de Sainte Catherine, dans le sud du Sinaï, et dans laquelle un policier a été tué. Le ministère de l’Intérieur a par la suite rapporté la mort d’un assaillant présumé.

Site d'un attentat à la bombe contre une église copte égyptienne à Tanta, dans le delta du Nil, le jour du dimanche des Rameaux, le 9 avril 2017. (Crédit : AFP/STRINGER)

Site d’un attentat à la bombe contre une église copte égyptienne à Tanta, dans le delta du Nil, le jour du dimanche des Rameaux, le 9 avril 2017. (Crédit : AFP/STRINGER)

Deux attentats suicide de l’EI menés contre deux églises d’Alexandrie et de Tanta, dans le nord de l’Egypte, ont fait 45 morts le 9 avril.

L’EI avait également revendiqué un attentat à la bombe ayant coûté la vie, le 31 octobre 2015, aux 224 occupants d’un avion transportant des touristes russes après son décollage de Charm el-Cheikh, station balnéaire située dans le sud du Sinaï.