Le ministre délégué des Affaires étrangères, Zeev Elkin, a demandé au gouvernement de ne pas relâcher de prisonniers palestiniens avant que les dirigeants palestiniens n’acceptent de poursuivre les pourparlers, au-delà de la limite d’avril.

La requête d’Elkin fait suite aux révélations du négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat.

En effet, ce dernier a annoncé dimanche à la radio militaire qu’il avait conseillé le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, de renoncer aux négociations de paix menées par les Etats-Unis.

Abbas attendait cependant la dernière libération de dizaines de terroristes actuellement emprisonnés dans des établissements pénitenciers israéliens.

Israël avait convenu de la libération de centaines de prisonniers en quatre étapes, avant d’entamer les négociations de paix l’année dernière.

Elkin, opposé à la libération depuis son annonce, a déclaré dimanche que les commentaires d’Erekat reflétaient la politique palestinienne.

« Ce n’est pas nouveau. [Abbas] l’a dit plusieurs fois, et le gouvernement israélien doit se demander sérieusement s’il doit libérer les prisonniers quelques semaines avant la fin des pourparlers. Ce n’est pas un secret que je me suis opposé à l’idée de libérer des prisonniers depuis le début, mais même ceux qui y sont favorables doivent se poser la question si c’est encore une bonne idée, si les négociations prennent fin dans quelques semaines, » a déclaré Elkin.

Elkin a ajouté que l’attention que porte l’AP aux terroristes incarcérés renvoie à une mauvaise image.

« 5 % du budget de l’Autorité palestinienne et 15 % de ses aides financières étrangères sont consacrés aux salaires des terroristes palestiniens, salaire dépendant du nombre d’Israéliens tués, qu’est ce que cela signifie ? » s’interroge Elkin.

« Quelle image cela renvoie, surtout quand nous entendons dire que l’économie palestinienne manque de ressources ? »

Le même jour, la radio militaire a diffusé une interview du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans laquelle il indique qu’un résultat positif des négociations demanderait au minimum un an de négociations de plus.

L’interview avait été enregistrée la semaine dernière durant la visite de Netanyahu en Californie mais a été diffusée dimanche pour la première fois.

Le Premier ministre indique que l’accord-cadre proposé par les Américains pourrait potentiellement « faire avancer les négociations, » mais « cela prendra au moins un an pour voir les pourparlers aboutir. »

Il a cependant affirmé que l’accord-cadre ne reflétait essentiellement que les positions des Américains.

Les Palestiniens pourraient encore rejeter l’accord-cadre américain, a-t-il ajouté.