Récemment à l’affiche de « Gemma Bovery » d’Anne Fontaine, Elsa Zylberstein donnera prochainement la réplique à Jean Dujardin dans « Un plus une » de Claude Lelouch.

Le Festival ouvrira avec une œuvre audacieuse et subtile « Fin de Partie » de Sharon Maymon et Tal Granit qui aborde avec beaucoup de tact et une dose d’humour parfois osée la question de la mort dans la dignité et de l’allègement des souffrances.

Ce film est la preuve qu’avec du talent, le cinéma peut traiter de tous les sujets. Il est servi par une performance magistrale de Zeev Revach.

Ce grand comédien, né au Maroc, sera l’invité d’honneur du Festival. Il campe à jamais dans l’esprit du public israélien la figure de Sasson, personnage populaire qui a permis une prise de conscience de la situation des Juifs d’Afrique du Nord en Israël par le truchement de la comédie, les films « bourekas ». Un personnage et un genre qui désormais s’imposent même parmi les cinéphiles et les critiques et figurent en bonne place dans les manuels d’histoire du cinéma.

Le Festival programmera le film événement de la décennie en Israël : « Zero Motivation » de Talya Lavie, le M*A*S*H israélien qui est en passe de devenir le plus grand succès populaire et critique.

Au cours de cette grande fête du cinéma israélien que les organisateurs veulent ouverte, joyeuse et culturelle avec des débats, des rencontres et un bel espace livres, seront conviées pour célébrer la grande diversité du cinéma israélien les réalisatrices Sophie Artus pour « Vallée », Hanna Azoulay Hasfari pour « Orange People » et Shirel Amitay pour son film « Rendez-vous à Atlit ».

Le festival montre une nouvelle fois la grande vitalité et la richesse d’un pays dans lequel la liberté de création est bien réelle.

Le festival a choisi de projeter l’excellent documentaire réalisé à partir de l’incroyable histoire du Prince vert.

« Shtisel », la série à succès, aborde un monde méconnu, celui des ultra-religieux tandis que Noam Kaplan révèle à la manière d’un Ken Loach les politiques implacables à l’encontre des sans-papiers africains avec son film « Manpower » qui sera présenté par l’acteur Yossi Marshek.

Le festival se terminera par la projection du film « Self Made » avec l’actrice Sarah Adler qui partage sa carrière entre la France et Israël. Dans ce film insolite, elle joue une artiste conceptuelle qui va se retrouver le temps d’une journée à vivre la vie d’une ouvrière palestinienne.

Pour connaître le programme, cliquez ici, ou rendez-vous sur le site officiel du festival.