Dans une lettre de 1986 récemment publiée, le prince Charles a laissé entendre que « l’afflux de Juifs européens étrangers » était responsable du conflit israélo-arabe, déplorant par ailleurs que les présidents américains n’y mettent pas un terme. »

La lettre du 24 novembre 1986 a été écrite à un ami, l’explorateur Laurens van der Post, après une visite dans le Golfe en compagnie de la princesse Diana. Elle a été publiée par le Daily Mail ce dimanche. Charles a écrit qu’il avait maintenant un plus grand aperçu de l’hostilité des Arabes envers Israël après le voyage.

« Commencer aussi à comprendre leur point de vue sur Israël. Je n’avais jamais réalisé qu’ils le considéraient comme une colonie américaine », écrit-il. « J’apprécie maintenant que les Arabes et les Juifs étaient tous des gens sémites à l’origine + c’est l’afflux de Juifs européens étrangers (surtout de Pologne, disent-ils) qui a contribué à causer de grands problèmes. »

Charles, qui avait 38 ans à l’époque, a ensuite suggéré que l’immigration de Juifs en Terre d’Israël était une cause fondamentale du terrorisme qui devait être traitée.

« Je sais qu’il y a tellement de problèmes complexes, mais comment peut-on mettre un terme au terrorisme à moins que les causes ne soient éliminées ? », A-t-il écrit.

Il n’était pas clair dans la lettre s’il se référait aux Juifs européens qui immigraient en Israël avant ou après l’Holocauste et l’établissement du pays en 1948.

Extrait de la lettre envoyée par le prince Charles à Laurens van der Post. (Crédit : The Mail on Sunday)

Charles a également écrit qu’il espérait qu’un président américain prendrait le « lobby juif », vraisemblablement pour résoudre le conflit israélo-arabe.

« Certes, un président américain doit avoir le courage de se lever et de prendre le lobby juif aux Etats-Unis », a écrit Charles. « Je dois être naïf, je suppose. »

Suite à la publication de la lettre, le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Jewish Chronicle a qualifié son contenu de « choquant » et a critiqué l’utilisation par le prince du terme « lobby juif ».

« Pour moi, c’est l’élément le plus étonnant de la lettre du prince. Le ‘lobby juif’ est l’un des thèmes antisémites qui perdurent depuis des siècles. C’est ce mythe, il y a ces Juifs très puissants qui contrôlent la politique étrangère ou les médias ou les banques ou quoi que ce soit », a déclaré Stephen Pollard, cité par le Mail.

Pollard a également dit que les points de vue dans la lettre exprimée par Charles étaient « l’explication arabe classique absolue des problèmes au Moyen-Orient. »

« Et c’est ce que tout le monde a toujours dit à propos de l’aristocratie britannique – l’idée que les Juifs étaient des étrangers qui n’avaient pas vraiment leur place en Israël jusqu’à ce que nous décidions d’en faire leur patrie », a déclaré Pollard. « Historiquement c’est un non-sens et c’est tout à fait renversant quand cela vient de l’héritier du trône. »

Une porte-parole du prince Charles a déclaré que la lettre ne reflétait pas son point de vue mais ne faisait que relayer les arguments qu’il avait entendus durant son voyage.

« Il partageait les arguments dans une correspondance privée avec un ami de longue date dans le but d’améliorer sa compréhension de ce qu’il a toujours reconnu être une question profondément complexe dans sa propre analyse en 1986 », a déclaré la porte-parole.

Le président Reuven RIvlin pendant la cérémonie de commémoration du premier anniversaire de la mort de Shimon Peres au mont Herzl, à Jérusalem, le 14 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Elle a également annoncé que le Prince Charles « a poursuivi son étude des thèmes complexes et difficiles qu’il a mentionnés ici » et a défendu son « expérience avérée de soutien aux communautés juives et arabes à travers le monde » et la promotion du dialogue inter-religieux.

En mars, le président Reuven Rivlin a publiquement invité le prince Charles à se rendre en Israël durant le centenaire de la déclaration Balfour de 1917, bien que les médias britanniques aient déclaré que le prince ne visiterait pas l’Etat juif en 2017.

Bien qu’il n’ait jamais été officiellement confirmé par Londres ou Jérusalem, un haut responsable de la communauté juive britannique a déclaré au Times of Israël en novembre dernier que des plans étaient en cours pour qu’un membre de la famille royale se rende en Israël pour la première fois.

Selon le tabloïd The Sun, le Comité des visites de la famille royale, la branche du Foreign Office qui coordonne les voyages au nom de la famille royale, a nié la visite dans un effort apparent « pour éviter de bouleverser les pays arabes de la région accueillant régulièrement des personnalités royales britanniques. »

Aucun membre de la famille royale britannique n’a jamais fait une visite officielle en Israël

Le rapport a indiqué que l’invitation de Rivlin n’a jamais atteint le bureau du prince Charles.

Alors que la royauté a visité Israël dans le passé, aucun représentant de la monarchie britannique n’est jamais venu au pays lors d’une « tournée royale » officielle.

Le Prince Charles lors des funérailles de Shimon Peres, à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : Abir Sultan/Pool/AFP)

La présence du Prince Charles aux funérailles de Shimon Peres l’année dernière et les funérailles du Premier ministre tué Yitzhak Rabin en 1994 n’incluaient pas les réunions diplomatiques et ne sont pas considérées comme des visites royales officielles. En 1994, son père, le prince Philip, le duc d’Édimbourg, n’a pas eu l’occasion d’assister à une cérémonie commémorant sa mère, Alice de Battenberg, qui est enterrée sur le mont des Oliviers à Jérusalem.

Malgré de nombreuses invitations au cours des années, aucun gouvernement britannique n’a approuvé une telle visite en Israël depuis la fin du mandat britannique et la création de l’État en 1948.

Les responsables israéliens se sont hérissés de la réticence de la royauté à venir dans l’Etat juif, alors qu’ils semblent n’avoir aucun scrupule à visiter des Etats autoritaires comme l’Arabie Saoudite et le Qatar.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.