La Jordanie a inauguré lundi dans le camp de réfugiés de Zaatari la plus grande centrale solaire au monde dans un tel lieu, espérant améliorer le quotidien des dizaines de milliers de Syriens qui y habitent.

Le projet compte 40 000 panneaux solaires d’une capacité totale de 12,9 mégawatts qui permettront d’assurer 14 heures d’électricité par jour aux quelque 80 000 réfugiés syriens du camp, selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

« Il s’agit de la plus grande centrale électrique basée sur l’énergie solaire au niveau mondial à l’intérieur d’un camp de réfugiés », a souligné l’ONU. Elle a coûté « 15 millions d’euros » et a été financée par l’Allemagne.

L’inauguration a eu lieu sous une grande tente blanche du camp, en présence du ministre jordanien de l’Energie Saleh al-Kharabché, de l’ambassadrice allemande en Jordanie Birgitta Siefker-Eberle, de responsables du HCR et de représentants de plusieurs ONG travaillant à Zaatari.

« Le HCR assurait auparavant une moyenne de huit heures d’électricité par jour, pour un coût d’environ un demi million de dollars (430 000 euros) par mois. Désormais, nous sommes capables de fournir 14 heures à zéro coût », a affirmé Stefano Severe, le représentant de cette agence onusienne en Jordanie.

« En économisant environ cinq millions d’euros par an, le HCR pourra utiliser ce montant pour améliorer d’autres services du quotidien dans le camp », relève l’ONU.

Par ailleurs, ces quelques heures d’électricité de plus permettront « d’améliorer la vie des réfugiés, en donnant par exemple la chance aux enfants d’étudier le soir et aux familles de conserver plus longtemps des aliments dans leur réfrigérateur ou d’utiliser des ventilateurs en été » où les températures sont très élevées, a ajouté M. Severe.

En mai, la Jordanie avait déjà inauguré une centrale solaire d’une capacité de 2 mégawatts dans le camp de réfugiés syriens d’Azraq où habitent quelque 35 000 personnes. Il était le premier camp de réfugiés du monde à fonctionner à l’énergie renouvelable, selon le HCR.