La Jordanie, où 90 % du territoire est désertique, a lancé jeudi un projet visant à transformer ses dunes de sable en terres agricoles en utilisant notamment les ressources naturelles abondantes dans le royaume.

Le roi Abdallah II de Jordanie et le prince héritier Haakon de Norvège ont assisté à la cérémonie d’inauguration de la première étape du « Sahara Forest Project » près du port de la ville d’Aqaba, dans le sud de la Jordanie.

Le projet vise notamment à produire 130 tonnes de légumes biologiques par an, 10 000 litres d’eau potable à partir d’eau de mer et utiliser des panneaux photovoltaïques pour la production d’énergie solaire. Une station de désalinisation et un bassin pour la production de sel font également partie du projet.

« C’est un projet prometteur », a affirmé à la presse le prince Haakon, mettant en avant « l’utilisation de la technologie de façon durable pour la production agricole dans un climat difficile comme celui-là ».

D’un coût total de 750 millions d’euros –financé en grande partie par la Norvège et l’Union européenne–, le Sahara Forest Project s’étendra sur quelque 200 hectares dans la région désertique de Aqaba.

« La Jordanie est riche en énergie solaire, en régions désertiques, elle possède de l’eau de mer et du dioxyde de carbone. C’est tout ce dont nous avons besoin pour produire de la nourriture, de l’eau potable et de l’énergie renouvelable », a indiqué de son côté Joakim Hauge, le directeur exécutif du projet.

« Tout ce que nous faisons en Jordanie doit être bénéfique pour la population, pour l’environnement et pour les affaires », a-t-il ajouté.