JERUSALEM (JTA) – Peut-être qu’avec les inquiétudes au sujet des roquettes lancées et le bilan des pertes qui continuent d’augmenter pendant l’opération de Gaza, beaucoup ont perdu de vue les myriades d’histoires réconfortantes du conflit. En voici quelques-unes que vous avez peut-être manquées ces derniers jours.

Rencontrez le lieutenant Eitan, un héros

Les Israéliens ont retenu leur souffle la semaine dernière après avoir appris qu’un soldat israélien avait peut-être été enlevé dans l’un des tunnels allant de Gaza à Israël.

Le lieutenant Hadar Goldin a été déclaré mort par la suite grâce à un faisceau d’indices. L’un de ces indices, les restes partiels de la dépouille qui ont été arrachés aux kidnappeurs par un soldat qui a été identifié comme le sous-lieutenant Eitan.

Au péril de sa vie et ayant conscience qu’il allait à l’encontre du protocole, Eitan a pourchassé les kidnappeurs dans le tunnel de Gaza que sa brigade Givati était en train de détruire quand ils ont fait face aux terroristes.

Ses actions ont permis à Israël d’éviter de faire face à une nouvelle situation d’otage, comme cela avait était le cas avec le soldat Gilad Shalit. Le gouvernement israélien avait échangé plus de 1 000 prisonniers palestiniens pour obtenir le retour du soldat.

Eitan a quitté Gaza quand le cessez-le-feu de 72 heures a débuté. Il a rendu visite à la famille de Goldin pour une visite de shiva (période de deuil) avant même de rentrer voir ses parents, des immigrés de New York, qui vivent à Jérusalem.

Une personne qui était présente sur place, à la maison des Goldin, a décrit la scène comme étant « émouvante et donnant des frissons ». Eitan a rendu aux parents de Hadar quelques effets personnels, dont son sidour, son téfilines et son portable. Eitan a décrit aux parents les événements qui ont mené à la mort de leur fils et leur affirmé que Godin était un officier apprécié.

Les parents ont remercié Eitan pour ces informations et pour avoir mis sa vie en danger dans le tunnel pour récupérer leur fils.

Les remerciements personnels des soldats

Des enfants israéliens ont envoyé des milliers de lettres aux soldats qui servaient à Gaza ou dans les environs pour leur remonter le moral.

A la fin du mois dernier, une Jeep de l’armée s’est arrêtée devant une maison dans le centre d’Israël à la recherche de la famille d’une fille de 9 ans. La famille, inquiète, leur a demandé ce qu’ils voulaient. Ils leur ont répondu qu’ils voulaient personnellement remercier la petite fille pour la lettre qu’elle leur avait envoyée.

Les soldats ont rencontré la fille et ont quitté la maison avec autant de pâtisseries qu’ils pouvaient emporter.

Mon soldat me protège

Un petit garçon de cinq ans prénommé Gabi de Karmiel a envoyé une lettre accompagnée d’une figurine de soldat à un soldat servant à Gaza.

« Je vous envoie mon soldat », écrit-il dans sa lettre qui a été postée sur Facebook. « Il me protège la nuit pour que je n’ai pas peur, mais c’est plus difficile pour vous, du coup je vous l’envoie pour qu’il vous protège aussi. Si vous devenez triste, vous pourrez jouer avec. Merci de me protéger et ma famille. Quand je serai plus vieux, je vous protègerai ».

Le soldat essaie de localiser Gabi pour le remercier personnellement.

Rechargez vos batteries

Les soldats qui servent à Gaza ne pouvaient pas appeler leurs maisons des zones de combats. Mais même lorsqu’ils pouvaient quitter ces zones et appeler, ils se rendaient souvent compte que les batteries de leurs téléphones étaient complètement déchargées et qu’ils n’avaient aucun moyen de les recharger.

Tzohar, une organisation religieuse sioniste rabbinique d’Israël, a acheté un stock de 4 000 sticks de rechargement (une sorte de clé USB qui permet de recharger les batteries) d’une compagnie israélienne qui les vend déjà rechargés et les ont envoyés au front vendredi dernier. Cela a permis au soldat d’appeler leurs maisons avant Shabbat et de soulager l’inquiétude des familles.

« Que cela soit possible d’appeler à la maison et souhaiter un Shabbat Shalom à ma mère va non seulement la rassurer, mais cela renouvelle aussi ma force pour accomplir cette mission importante », a expliqué Opher de la brigade Golani lorsqu’il a reçu le chargeur, selon Tzohar. « Vous n’avez pas idée de ce que cela représente pour nous ».

Avez-vous entendu parler de ?

Les comédiens américains Ari Teman et Danny Cohen ont amené leur talent en Israël pour remonter le moral des civils dans les abris-bombes et les zones dans le sud d’Israël.

Les comiques ont appelé leur tournée de stand-up d’une semaine « Rockets Shelter Comedy » [La comédie d’abris-bombes].

Ils ont aussi donné des spectacles gratuits à Tel Aviv, Modiin et Jérusalem. Ils ont été rejoints par les comédiens israéliens Benji Lovitt et Yossi Tarablus. Ils ont demandé que l’on fasse des donations aux « soldats seuls ».

Soutenir le Sud, nourrir ceux qui sont dans le besoin

Leket Israël – la banque alimentaire nationale a acheté l’équivalent de centaines de milliers de shekels en produits alimentaires à des vendeurs du sud d’Israël qui sont durement touchés par le conflit. Ils ont livré ces marchandises aux communes aux alentours de Gaza.

Tout en fournissant aux personnes dans le besoin les produits de base, l’organisation soutient les commerces dans le sud qui ont été financièrement touché par les nuées de roquettes tirées sur leurs communes ces dernières semaines.

Leket Israël, l’une des plus grandes organisations d’aide alimentaire, a acheté des biens de fournisseurs de Sdérot, Ofakim, Ashdod, Ashkélon, Nitzan et Nétivot, des zones qui ont été les plus durement touchées par le conflit.

L’un d’eux est Salomon Cohen, le propriétaire de Super Cohen, un petit supermarché de Sdérot.

« Parce que mon magasin se trouve à la périphérie de Sdérot, là où la plupart des jeunes familles vivent, nous avons souffert terriblement car 70 % de la commune a tout quitté au début du conflit pour se réfugier dans le centre ou dans le nord du pays », explique-t-il.

Cohen raconte qu’il vit à Sdérot depuis 55 ans, depuis qu’il a fait son alyah du Maroc, et il explique qu’il ne se souvient pas d’une époque aussi difficile que ces dernières semaines.

La bienveillance des étrangers

Les Israéliens aiment leurs soldats, surtout pendant les conflits. Pendant l’opération Bordure protectrice, les Israéliens se sont surpassés pour envoyer de la nourriture, des pâtisseries ou des articles de toilettes aux soldats au front – même des chaussettes et des sous-vêtements ! La population leur a aussi envoyé des milliers de pizzas et des bouteilles de soda.

Les communes, les municipalités et les comités de volontaires ont livré des hallot, des fleurs ou des gâteaux aux milliers de familles qui avaient un père, un fils, appelés à servir à l’effort de guerre.

En fait, tellement de choses ont été envoyées que l’armée israélienne a demandé à la population d’arrêter. Ils ont déclaré que « cela peut perturber la vigilance opérationnelle ou la santé des soldats ». Ces donations ont été redirigées vers l’Association for the Well-Being of Israel’s soldiers [Association pour le bien-être des soldats], connue sous le nom de Libi Fund [le fonds Libi].

Environ 4,6 millions de dollars ont été donnés à l’association pendant l’opération et 725 000 dollars à d’autres fonds.

Les soldats blessés ont été inondés d’amour. Ils ont reçu la visite d’un grand nombre de personnes qui sont venues les voir à l’hôpital. Ces soldats ne connaissaient pas la plupart des visiteurs.

Les soldats en uniforme ont aussi signalé que des étrangers leur avaient donné des tasses de café, des petits déjeuners et d’autres petits cadeaux.

Se préoccuper des femmes restées seules

Deux soldats qui ont été tués la semaine dernière lors de l’opération devaient se marier dans les prochaines semaines. Leurs fiancées se tenaient aux côtés des familles pendant les obsèques et les shivas.

D’autres soldats tués ont laissé derrière eux des petites amies de longue date dévastées par leurs décès.

Ces femmes méritent la reconnaissance et le soutien du ministère de la Défense, a déclaré la législatrice Aliza Lavie du parti Yesh Atid la semaine dernière.

L’armée israélienne et le ministère de la Défense montrent leur soutien et s’occupent des familles des soldats tombés aux combats. Ils doivent faire la même chose pour les fiancées et les petites-amies, affirme Lavie dans une lettre adressée au ministre de la Défense Moshe Yaalon, cousin de Hadar Goldin, qui devait se marier.

Lavie déclare que les officiers devraient rendre visite aux femmes pour leur annoncer la mort de ceux qu’elles ont aimé, comme ils le font avec la famille proche. Leurs employeurs devraient leur accorder des congés pour participer à la shiva. On devrait aussi leur fournir une aide psychologique si nécessaire.

Vingt-sept des petites-amies de soldats tombés pendant l’opération à Gaza sont elles-mêmes des soldats, remarque Lavie, et elles auraient dû bénéficier d’une escorte officielle pour se rendre aux funérailles.