Une députée de l’opposition a reçu l’ordre de la commission d’Ethique de la Knesset d’arrêter d’appeler une station de radio russe sous un faux nom, après avoir révélé qu’elle intervenait sur les ondes de la radio Sputnik de Moscou comme analyste.

Bien qu’elle n’ait pas été punie pour ses actes, la commission d’Ethique de la Knesset a ordonné, la semaine dernière, à la députée Ksenia Svetlova (Union sioniste), une ancienne journaliste et experte du monde arabe, de cesser immédiatement ces interventions, a annoncé la radio militaire dimanche.

Svetlova aurait appelé Sputnik à de nombreuses reprises pour aborder une variété de sujets, en se présentant comme Aleksandra Kalinina.

Dans une interview accordée à la radio militaire, Svetlova a défendu ses actions en déclarant « dès que la commission d’Ethique m’a dit de cesser, j’ai arrêté. Quel est le problème ? ».

« À mon avis, le problème est que la diplomatie publique d’Israël a échoué dans le monde russe », a-t-elle ajouté.

Svetlova a soutenu qu’il est nécessaire d’avoir une voix objective défendant Israël sur la radio russe et a soutenu qu’elle ne voulait pas que ses opinions soient jugées par son rôle politique.

Ksenia Svetlova, députée russophone de l'Union sioniste, le 22 février 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Ksenia Svetlova, députée russophone de l’Union sioniste, le 22 février 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Svetlova a noté que Sputnik est diffusé dans de nombreux pays avec de grandes communautés russophones, ainsi que dans les pays arabes du Moyen-Orient. Elle a souligné qu’il était nécessaire d’avoir une voix pro-israélienne pour contrer la position anti-israélienne de la station de radio et les positions antisémites de beaucoup de ses auditeurs.

« Je suis disposé à expliquer la position d’Israël en ce qui concerne le Moyen-Orient et les organisations terroristes [le Hamas et le Jihad islamique] qui ne sont pas reconnus en tant que tels en Russie, à tout moment », a-t-elle déclaré et a poursuivi en expliquant qu’elle désirait clarifier la position d’Israël sur l’Iran et le Hezbollah.

Svetlova a déclaré qu’elle avait parlé avec des responsables du cabinet du Premier ministre au sujet de ses plans visant à contrer les opinions antisémites et anti-israéliennes tenues par les Russes, mais comme ses propositions n’avaient pas encore été mises en œuvre, elle a décidé qu’elle « ne pouvai[t] faire que ce que je peux faire en ce moment ».

Elle a également ajouté pendant l’entrevue qu’elle avait utilisé un « pseudonyme ».

Avant d’entrer en politique en 2015, Svetlova était une correspondante pour les affaires arabes pour la Neuvième chaîne, une chaîne de télévision en langue russe à la télévision israélienne.