Plusieurs centaines de personnes — personnalités politiques, représentants religieux et anonymes — ont rendu un dernier hommage mardi à Copenhague au réalisateur Finn Nørrgaard, première victime des récents attentats dans la capitale danoise.

Quelque 750 personnes, selon la police, ont assisté à la cérémonie à l’église de Grundtvig, en présence notamment de la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt, ainsi que des représentants des communautés musulmane et juive.

Le réalisateur de 55 ans est mort le 14 février lors de l’attaque d’un centre culturel de Copenhague où se déroulait un débat sur la liberté d’expression, en présence du caricaturiste suédois Lars Vilks, bête noire des extrémistes islamistes depuis ses dessins représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien.

Le tueur, Omar El-Hussein, un jeune Danois de 22 ans d’origine palestinienne, a fait feu à 28 reprises, touchant au thorax Finn Nørrgaard alors qu’il tentait, selon certains témoignages, de le désarmer.

« Nous ne savons pas ce qui est passé par la tête de Finn dans cette situation, mais nous sommes sûres qu’il ne s’est pas préoccupé de sa propre sécurité mais de celle des autres », ont écrit ses sœurs dans une lettre ouverte publiée dans la presse danoise.

Trois policiers ont également été blessés, incitant cependant l’agresseur à fuir rapidement.

Réalisateur et producteur, principalement de documentaires, M. Nørrgaard s’était notamment intéressé à la problématique de l’intégration.

« La dernière chose que Finn aurait voulu est qu’un tel incident divise les gens, les pousse loin les uns des autres », soulignait mardi l’un de ses amis, Jesper Lynghus, à la sortie de l’église.

Après l’attaque du centre culturel, le tueur présumé avait ouvert le feu sur la synagogue du centre de Copenhague, tuant Dan Uzan, un Juif de 37 ans, inhumé mecredi dernier également en présence du chef du gouvernement danois.

EL-Hussein avait ensuite été tué lors d’un échange de tirs avec la police. Ses obsèques, vendredi, ont rassemblé plus de 500 personnes.

Un mois après les attentats de Paris (17 morts) visant le journal satirique Charlie Hebdo, un magasin juif et des policiers à Paris, les attaques de Copenhague, qui ont ravivé la crainte du terrorisme islamiste en Europe, ont créé un élan de solidarité à travers les pays scandinaves.

Le 16 février, bravant un froid glacial, près de 40.000 personnes étaient rassemblées en hommage aux victimes à Copenhague.

Samedi à Oslo, à l’initiative de jeunes musulmans, plus d’un millier de personnes ont participé à un rassemblement pacifique autour de la synagogue de la capitale norvégienne. Une nouvelle chaîne humaine devrait être formée le 28 février autour d’une mosquée de la ville.

A Stockholm, un rassemblement similaire devrait avoir lieu vendredi à proximité de la synagogue, le jour même où un groupe danois musulman tiendra une veillée de la paix.