Paris (AFP) – Quelque 650.000 euros et 15.000 dollars en liquide ont été saisis chez Dieudonné par les enquêteurs lors de la perquisition de son domicile d’Eure-et-Loir réalisée mardi, a indiqué mercredi 29 janvier une source proche de l’enquête qui confirmait une information de RTL.

« Une saisie de sommes d’argent a été réalisée », a confirmé l’avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier, qui a refusé de préciser la somme, ajoutant que l’estimation de 650.000 euros lui paraissait « excessive ».

Cet argent liquide, « c’est le produit de la billetterie. Tout cela est totalement transparent », a assuré Me Verdier qui a ajouté que son client n’avait pour l’heure pas reçu de convocation.

Selon lui, ces sommes étaient accompagnées de « toutes les contremarques des tickets » pour des spectacles au théâtre parisien de la Main d’Or ou d’ailleurs.

La police a perquisitionné la veille des propriétés de Dieudonné ainsi que le théâtre de la Main d’Or qu’il loue.

Des documents comptables ont aussi été saisis par l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales et de la Direction centrale de la police judiciaire. Il agissait dans le cadre d’une enquête préliminaire du parquet de Paris pour organisation frauduleuse d’insolvabilité, blanchiment et abus de biens sociaux.

Cet argent liquide est un axe d’enquête supplémentaire pour les policiers qui se penchent sur le patrimoine de Dieudonné et des mouvements de fonds, notamment plus de 400.000 euros envoyés au Cameroun depuis 2009. Le polémiste n’avait acquitté aucune de ses amendes (plus de 65.000 euros en tout) début janvier.

L’enquête pourrait aussi porter sur les conditions dans lesquelles la maison de production gérée par sa compagne, Noémie Montagne, a racheté pour 550.000 euros une propriété de Dieudonné, mise aux enchères publiques forcées en raison d’une dette fiscale de près de 900.000 euros.

Parallèlement, une information judiciaire est ouverte au pôle financier à Paris pour « organisation frauduleuse d’insolvabilité » après une plainte avec constitution de partie civile de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). La Licra a fait condamner le polémiste à des dommages et intérêts mais affirme n’avoir jamais pu récupérer les sommes.

Une enquête préliminaire a également été ouverte par le parquet de Paris sur les appels aux dons lancés par Dieudonné sur internet pour payer ses amendes.

Le fait « d’ouvrir ou d’annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d’indemniser des amendes, frais et dommages-intérêts prononcés par des condamnations judiciaires » est passible de six mois d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. L’enquête a été lancée après un signalement de la Licra.