Le président équatorien Rafael Correa a annoncé mercredi qu’il annulait une visite officielle prévue cette année en Israël, dénonçant un « génocide » dans la bande de Gaza en raison de l’opération militaire israélienne.

« Je pensais aller en Israël au deuxième semestre. La visite était programmée, en Palestine également, et évidemment, après ces événements nous avons annulé la visite », a expliqué Rafael Correa dans un entretien avec la presse à Santo Domingo.

Le président socialiste, qui a rappelé pour consultations son ambassadeur en Israël, a jugé « injustifiable » la mort d’enfants et de femmes au cours de l’offensive.

« Nous devons continuer à dénoncer de toutes nos forces ce génocide qui est en train d’être commis », a estimé le dirigeant.

L’Amérique latine s’est montrée ces derniers jours très virulente face à l’intervention militaire israélienne menée dans la bande de Gaza, offrant un soutien inédit quasiment unanime à la bande de Gaza, dirigée par le groupe terroriste du Hamas.

Seule voix discordante à ce jour, la Colombie, dirigée par le président de centre droit Juan Manuel Santos, qui a écarté tout rappel de son représentant diplomatique à Tel Aviv.