Un ministre du Likud a exhorté Israël à intensifier la construction dans les implantations, et notamment dans les régions reculées de la Cisjordanie. Il a qualifié cette mesure de « Prix à payer » pour les Palestiniens, qui refusent de reconnaître Israël en tant qu’État juif.

À l’aube du voyage du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Washington, le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan a salué les propos de la nouvelle administration américaine, qui a affirmé qui les implantations ne représentaient pas un obstacle pour la paix.

Il a cependant fait abstraction des remarques du Président Donald Trump qui a déclaré que les implantations pourraient « ne pas aider » le processus de paix.

Contrairement à son prédécesseur Barack Obama, qui avait « une vision diamétralement opposée » en ce qui concerne le gouvernement israélien, Erdan a affirmé que Trump apportait « beaucoup d’espoir, beaucoup d’optimisme ».

Trump est un « vieil ami de l’État d’Israël », a déclaré le ministre à la conférence B’Sheva à Jérusalem, organisée par l’organe médiatique nationaliste Israel National News. « Nous avons l’opportunité historique d’entrer dans une nouvelle aire ».

Erdan a évoqué avec précision un communiqué de la Maison Blanche du début du mois, qui réaffirme que les implantations ne constituent pas un obstacle à la paix. Cependant, le communiqué, et l’interview accordée par Trump au quotidien pro-Netanyahu Israel Hayom, affirme que les implantations pourraient « ne pas aider » le processus de paix.

« Si nous ne pensons pas que l’existence d’implantations est un obstacle à la paix, la construction de nouvelles implantations ou l’expansion de celles existantes au-delà de leurs frontières actuelles pourrait ne pas aider à atteindre cet objectif », a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué au début du mois.

Deux immeubles de 24 logements en construction dans l'implantation de Beit El, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 28 juillet 2015. (Crédit : Flash90)

Deux immeubles de 24 logements en construction dans l’implantation de Beit El, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 28 juillet 2015. (Crédit : Flash90)

Le ministre a recommandé que « les Palestiniens payent le prix de leur obstination ». Il a ensuite décrit ce « prix à payer » comme une intensification des constructions dans les implantations, mais pas seulement dans les blocs qu’Israël voudra conserver dans le cadre d’un accord avec les Palestiniens.

Israël doit construire à l’extérieur des blocs et tous ceux qui disent le contraire détiennent des positions « de gauche », a déclaré Erdan. Cette pénalité pourrait ramener les Israéliens à la table des négociations, prédit-il.

Il a également appelé à l’annexion des régions qui devraient rester sous la souveraineté israélienne dans le cadre d’un accord de paix avec Israël.

« C’est le moment d’étendre notre souveraineté sur les régions qui ne sont pas contestées », a-t-il affirmé.

La ministre de l’Égalité, Gila Gamliel (Likud), a également, lors de cette conférence, décrit Trump comme « un vrai ami d’Israël et des implantations ».

Elle a appelé le gouvernement à adopter le rapport d’Edmund Levy de 2012 pour légaliser les avant-postes en Cisjordanie.