Le Likud a publié jeudi soir les resultats officiels du dépouillement des primaires du parti. Le ministre de l’Intérieur Gilad Erdan et le président de la Knesset Yuli Edelstein arrivant en premières places juste derrière le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La liste finale pour la Knesset a été saluée par Netanyahu comme étant « fantastique », qui a vu la plupart de ses candidats favoris placés dans des positions suffisamment élevées pour être élus, tandis que la plupart des candidats qu’il ne soutient pas ont fait des scores médiocres.

La liste ne comporte que deux femmes dans les 20 premières places, et d’un autre côté il y a peu de candidats orthodoxes ou appreciés par la population des implantations, ce qui pourrait rendre le Likud vulnérable face au parti orthodoxe-nationaliste HaBayit HaYehudi. Netanyahu pourrait choisir de s’attaquer à cet handicap quand il désignera deux candidats de son choix pour les 11e et 23e places dans quelques semaines.

Le Likud de centre-droit a été le premier grand parti à rendre public sa liste pour les élections de mars à la Knesset, qui a montré une chute dramatique de l’aile droite de la formation.

Netanyahu a facilement remporté sa troisième course consécutive pour le poste de chef du parti lors du vote de mercredi, en battant avec plus de 80 % des voix son challenger le député Danny Danon. Selon les responsables du Likud, personne n’a été surpris par le résultat – pas même Danon.

En plus de la course pour le chef de parti, les membres du Likud devaient désigner 11 des 38 candidats en lice pour la liste nationale du parti, ainsi qu’un candidat de leur région pour les cinq positions régionales spécifiques.

Sur la liste finale pour la Knesset, Erdan, qui était arrivé troisième aux primaires de 2012 derrière l’ancien ministre maintenant à la retraite Gideon Saar, est parvenu à la meilleure place derrière Netanyahu avec 36 287 voix.

Juste derrière Erdan, à la troisième place et 33 900 voix, arrive la grande surprise de la course, Yuli Edelstein le président de la Knesset – un saut important de la 12e place par rapport aux primaires de 2012 pour l’ex-dissident soviétique qui fut à deux reprises ministre.

Le ministre des Transports, Yisrael Katz, un vétéran de la Knesset depuis 16 ans, arrive en quatrième position.

Pour la cinquième place et le deuxième bouleversement majeur de la course, se hisse la femme la mieux classée sur la liste, la députée Miri Regev, après deux législatures, connue pour ses coups de gueule et ses remarques controversées sur les députés arabes et demandeurs d’asile africains.

MK Miri Regev participates in Knesset committee in May. (photo credit: Uri Lenz/FLASH90)

Miri Regev (photo credit: Uri Lenz/FLASH90)

Regev a déclaré jeudi qu’elle s’attendait à gagner un poste ministériel dans le prochain gouvernement – une récompense qu’il est peu probable que le Premier ministre lui accorde.

Le succès de Regev, qui n’est pas considérée comme particulierement loyale à Netanyahu, est le seul résultat significatif susceptible d’avoir déçu le Premier ministre, qui, autrement, a vu le succès de ses candidats favoris et le faible score de plusieurs des députés les plus gênants, ce qui renforce son emprise sur le parti.

Silvan Shalom, l’actuel ministre de l’Energie et de l’Eau et avec 23 années à la Knesset arrive sixième.

Le ministre de la Défense Moshe Ya’alon, ancien chef d’état-major de Tsahal, est monté d’un siège par rapport à la précédente consultation et arrive à la septième place, réfutant les prédictions qu’il souffrirait de la faiblesse perçue lors de la guerre contre le Hamas.

En numero huit, progressant aussi d’une position on trouve Ze’ev Elkin, qui a été président de la coalition pendant 5 ans sans perdre un seule vote en pléniaire de la Knesset, puis a présidé la commission des affaires étrangères et de la défense du parlement jusqu’à la semaine dernière, et était l’an dernier vice-ministre des Affaires étrangères.

Immédiatement après Elkin, tant aux résultats des primaires de mercredi et qu’au poste de vice-ministre des Affaires étrangères, se hisse un autre ancien président de la même commission parlementaire (après avoir été successivement ministre de la Santé, de la Justice, des Transports et de la Sécurité intérieure), Tzahi Hanegbi, un proche allié de Netanyahu. A la neuvième place, Hanegbi, il améliore son score de 8 places par rapport à 2012.

Danon, un critique virulent de Netanyahu qui a été congédié l’an dernier de son poste de vice-ministre de la défense par le premier ministre, tombe de la sixième à la dixième place.

Pour les places 11 et 23 Netanyahu a jusqu’au 29 janvier pour choisir les candidats de son choix.

Yariv Levin, le président nouvellement nommé de la commission des affaires étrangères et de la défense du parlement, un homme qui a consacre toute sa vie au Likud et dont le parrain etait le fondateur du parti Menahem Begin, arrive 12e.

Le ministre du Renseignement Yuval Steinitz, un ancien ministre des Finances et, avant d’entrer dans la politique, philosophe à l’Université de Haïfa, a remporté la 13e place, suivi par la seconde femme sur la liste, l’ancienne leader étudiante et ex-vice-ministre dans le cabinet du Premier ministre pour les jeunes, les étudiants et les problèmes des femmes, Gila Gamliel.

Ofir Akunis, un ancien porte-parole du Likud qui sert maintenant de vice-ministre dans le cabinet du premier ministre, est le 15e.

Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)

Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)

Les places 16, 18, 19, 21 et 22 sont réservées pour les candidats provenant de diverses régions du pays. Le débutant David Bitan a ainsi pris la 16e position, celle de la région de la plaine côtière.

Le représentant de la Galilée le numéro 18, Jacky Levy, est peut-être un nouveau venu sur la liste de la Knesset, mais n’est pas novice en politique. Il est le fils de l’ancien ministre des Affaires étrangères David Levy, et le frère de la deputée Orly Levy-Abekasis de Yisrael Beitenu. Sur la base des sondages actuels, il est probable que le frère et la sœur Levy siègeront ensemble dans la 20e Knesset – quoique dans des partis concurrents.

Aux 19e, 21e et 22e places régionales ont été élus le pilote de chasse Yoav Kish (region de Dan), David Amsalem (Jérusalem) et Mickey Zohar (Néguev)

Le numéro 17, à une place décevante pour le syncicaliste le plus puissant du Likud, on trouve Haim Katz, représentant de l’union des travailleurs de l’Industrie aeronotique.

Et dans le signe le plus clair de la mesure dans laquelle Netanyahu a remporté la course de mercredi, la 20e place est allée à son allié et confident, l’ancien chef du Shin Bet et ex-ministre de Kadima, Avi Dichter.

Les numéros 24 et 27 sont aussi réservés – cette fois respectivement pour les non-juifs et les immigrants. Ils ont été attribués au militant de longue date du Likud Ayoub Kara du village druze de Galilée Isafiya et à l’activiste pour l’alya éthiopienne Avraham Negose.

La 25e sur la liste est Nava Boker, veuve de Lior Boker, un officier supérieur de la police qui était parmi les 44 morts dans l’incendie de la forêt du Carmel en décembre 2010.

En bas de la liste – au moins de la liste des futurs députés ayant des chances selon les derniers sondages qui donnent au Likoud entre 22 et 24 sièges – on trouve les deux candidats les plus déçus des primaires: la vice-ministre des Transports, Tzipi Hotovely et le député Moshe Feiglin, chef de la faction « Manhigut Yehudit ».

Tombant à la 26 place, la chute de Hotovely est abrupte. Elle était arrivée 10e aux précédentes primaires, faisant d’elle la femme la mieux placée dans la liste du parti.

Feiglin, cette fois numéro 28, était 15ème la fois précédente après avoir essayé pendant des années à rentrer sur la liste en tant que chef d’un groupe discipliné organisé des colons de Cisjordanie qui ont cherché à faire entendre leur voix de manière systématique dans le parti au pouvoir.

Les analystes et les responsables du Likud estiment que l’effondrement de Hotovely et de Feiglin marque une baisse spectaculaire de la participation et de l’influence de cette faction au sein du parti.