Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a juré qu’Israël ne rendra pas le corps du terroriste qui a mené l’attaque au camion bélier qui a tué quatre soldats dans le quartier d’Armon Hanatziv de Jérusalem dimanche.

« Il s’agit d’une attaque atroce, douloureuse et particulièrement grave qui pourrait entraîner d’autres attaques, a déclaré Erdan. Nous ne permettrons pas à ce vil terroriste ou à sa famille d’organiser des funérailles où il serait honoré, entraînant d’autres attaques. »

« Son corps sera enterré par les forces de sécurité dans un endroit auquel la famille et ses partisans n’auront pas accès », a-t-il ajouté.

L’attaquant a été identifié par les médias comme Fadi al-Qumbar. Selon les articles, il a été emprisonné en Israël et travaillait dans le bâtiment.

Yoav Galant sur la Deuxième chaîne le 18 janvier 2015  (Capture d'écran)

Yoav Galant sur la Deuxième chaîne le 18 janvier 2015 (Capture d’écran)

Yoav Galant, ministre du Logement, a déclaré à la radio militaire qu’Israël devait traiter durement le terroriste et sa famille. « Le prix doit être la démolition de maisons, l’expulsion de familles, même s’ils sont des citoyens israéliens, a-t-il déclaré, et la révocation de la nationalité de quiconque est lié à cet acte. »

Un groupe de soldats descendait d’un bus sur la promenade, un lieu touristique populaire du sud de la capitale, quand al-Qumbar a conduit son gros camion sur eux.

Les quatre soldats tués, trois femmes et un homme, avaient une vingtaine d’années, a déclaré le service de premier secours Magen David Adom. Seize autres personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

Selon la police, le chauffeur a accéléré quand il a frappé le groupe.

Après avoir touché les soldats avec son camion, il a fait marche arrière et a commencé à rouler sur eux une seconde fois.

Le terroriste a été abattu par des soldats et un guide touristique civil, selon la police.

Scène d’un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. (Crédit: Luke Tress/Times of Israël)

Scène d’un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. (Crédit: Luke Tress/Times of Israël)

En mai, Erdan avait demandé un gel de la restitution des corps des terroristes palestiniens de Jérusalem Est à leurs familles. La police a déclaré craindre que les funérailles des attaquants décédés, tués alors qu’ils poignardaient, tiraient ou écrasaient des Israéliens pendant les sept mois précédents, ne se transforment en rassemblements de masse soutenant d’autres attaques terroristes.

La semaine dernière, le cabinet de sécurité a décidé qu’Israël ne rendrait plus les corps des terroristes du Hamas tués pendant des attaques, mais les enterreraient, afin de tenter de faire pression sur le groupe terroriste palestinien pour qu’il rende les corps de deux soldats israéliens détenus dans la bande de Gaza, ainsi que deux otages israéliens civils.