Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a déclaré lundi qu’il pensait que la paix avec les Palestiniens était possible avec la nouvelle administration « très, très favorable » de Donald Trump à Washington.

« Nous avons une opportunité de créer, avec l’administration, les conditions pour des négociations de paix sérieuses, en changeant l’approche fondamentale de la communauté internationale », a déclaré Erdan à la Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures, à Jérusalem.

« Je pense que la paix est possible. Chaque fois qu’Israël a eu un vrai partenaire pour la paix, nous avons été prêts à prendre des mesures de grande portée », a-t-il déclaré.

« Si nous avons un vrai partenaire pour la paix, et nous devons vérifier que nous avons un vrai partenaire, nous pouvons faire un accord, comme certains aiment le dire. Vous savez probablement de qui je parle », a-t-i ajouté en faisant allusion à Trump.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

L’administration Trump est « très, très favorable à Israël », a déclaré Erdan, et « ne pourrait pas être plus différente de la précédente. » D’autre part, il a exprimé ses préoccupations devant la « polarisation accrue » des Etats-Unis, tout en soulignant qu’Israël ne prendrait pas de position sur le sujet et en appelant au soutien américain bipartisan de l’Etat juif.

Le ministre, qui siège au cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a également appelé à un renforcement de l’alliance israélo-américaine pour combattre le terrorisme et maintenir l’Iran à vue.

« Israël et les Etats-Unis doivent travailler ensemble pour garantir que l’accord nucléaire iranien est pleinement respecté, si ce n’est annulé, a déclaré Erdan. Il est simplement immoral d’accepter l’Iran comme état légitime juste parce qu’ils ont ralenti leur programme nucléaire pour le moment. »

Pendant son discours, le ministre, qui détient également les portefeuilles des Affaires stratégiques et de la Diplomatie, a décrit une « nouvelle forme de terrorisme », dans laquelle l’incitation à la violence est « propagée directement sur les téléphones des jeunes Palestiniens. »

Erdan a également affirmé que la vague d’incendies de novembre était la conséquence de cette « incitation » à la haine, même si la poignée de mises en examen de ceux accusés d’avoir allumé certains feux n’indique aucun motif nationaliste ou terroriste.

La fumée s'élève au dessus de la ville de Haïfa, dans le nord d'Israël, où un incendie majeur s'est déclaré le 24 novembre 2016. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

La fumée s’élève au dessus de la ville de Haïfa, dans le nord d’Israël, où un incendie majeur s’est déclaré le 24 novembre 2016. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

L’incitation à la violence demande aux Palestiniens de poignarder, tirer ou renverser avec leur véhicule des Israéliens, et « leur dit d’incendier les villes juives si les conditions météorologiques sont adéquates », a-t-il déclaré. Erdan faisait référence à une série d’incendies qui a balayé le pays et avait initialement été attribuée à des pyromanes palestiniens. Depuis les incendies, plusieurs Palestiniens ont été mis en examen, mais sans accusation de terrorisme.

Dans le cadre d’une nouvelle approche de la paix, les « Palestiniens doivent voir que l’incitation [à la haine et à la violence] et les mesures unilatérales n’iront nulle part », et que le « rejet constant a un prix », a-t-il déclaré.

Erdan a également déclaré aux dirigeants juifs américains qu’Israël devait mieux accueillir les différents courants du judaïsme.

« Israël doit être un endroit où les Juifs de chaque courant se sentent bien sur nos lieux saints », a déclaré le ministre. Israël doit « traiter les différentes sensibilités en ce qui concerne la religion et l’Etat », a-t-il ajouté.

Il a également déclaré qu’il espérait que l’accord de compromis qui doit établir une place de prières mixte au mur Occidental, qui a été gelé en raison de l’opposition des partis ultra-orthodoxes, partenaires du Likud dans la coalition gouvernementale, serait mis en place.

Erdan a également appelé les législateurs israéliens à être plus prudents quand ils défendent des législations qui peuvent irriter la communauté internationale.

« Il serait bon que nous, députés israéliens, soyons un peu plus prudents sur nos initiatives législatives et que nous prenions en considération à quoi ressemblent les choses sur la scène internationale », a-t-il déclaré, même s’il ajouté que cela ne devait pas être la « seule considération ».