Erdogan accuse Trump d’avoir une « mentalité sioniste »
Rechercher

Erdogan accuse Trump d’avoir une « mentalité sioniste »

"Le destin de Jérusalem ne peut pas être laissé aux mains d'un pays qui s'abreuve de sang, élargit ses frontières en tuant sauvagement des enfants, des civils et des femmes", a déclaré le président turc

Le président truc Recep Tayyip Erdogan, durant un sommet extraordinaire de l'OCI (Organisation de la coopération islamique) sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, à Istanbul, le 13 décembre 2017. (Crédit : AFP / POOL / EMRAH YORULMAZ)
Le président truc Recep Tayyip Erdogan, durant un sommet extraordinaire de l'OCI (Organisation de la coopération islamique) sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, à Istanbul, le 13 décembre 2017. (Crédit : AFP / POOL / EMRAH YORULMAZ)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mercredi son homologue américain Donald Trump d’avoir une « mentalité sioniste », après sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela soit Israël. C’est le produit de l’évangélisme et d’une mentalité sioniste », a fustigé M. Erdogan, s’exprimant à l’issue d’un sommet de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) à Istanbul.

« Le destin de Jérusalem ne peut pas être laissé aux mains d’un pays qui s’abreuve de sang, élargit ses frontières en tuant sauvagement des enfants, des civils et des femmes », a-t-il ajouté.

Pour lui, il n’est « plus question » que les Etats-Unis soient des médiateurs dans le processus de paix israélo-palestinien.

L’OCI a appelé à l’issue de ce sommet l’ensemble du monde à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine.

« Nous proclamons Jérusalem-Est capitale de l’Etat de Palestine et appelons les autres pays à reconnaître l’Etat de Palestine et Jérusalem-Est comme sa capitale occupée », ont déclaré les membres de l’OCI dans leur communiqué final.

La plupart des pays arabo-musulmans reconnaissent déjà Jérusalem-Est comme la capitale de l’Etat que les Palestiniens appellent de leurs voeux.

La mesure américaine annoncée le 6 décembre a provoqué des manifestations dans plusieurs pays du Proche-Orient et des violences dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem.

En dépit de la fermeté oratoire des participants, aucune mesure concrète n’a été annoncée par le principal groupement musulman dont les principaux membres sont par ailleurs de proches alliés des Etat-Unis.

Le monde musulman est profondément divisé et plusieurs pays, comme l’Arabie saoudite, tentent de cultiver de bons rapports avec l’administration Trump sur fond d’hostilité commune envers l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...