Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, fervent défenseur des Palestiniens et allié du Hamas, va restituer le prix du courage que lui avait décerné en 2004 le Congrès juif américain, sur fond de détérioration des relations turco-israéliennes en raison du conflit à Gaza, a-t-on annoncé mardi de source turque.

« Etant donné la position défendue par le leadership actuel du Congrès juif américain au sujet des attaques menées contre des civils innocents à Gaza, nous serons heureux de vous restituer le prix attribué en 2004 », a écrit l’ambassadeur de Turquie, Serdar Kiliç, au président du Congrès, Jack Rosen.

La lettre, dont l’AFP a reçu une copie, dénonce les « attaques inhumaines » ainsi que « les politiques cruelles et d’occupation » d’Israël visant l’enclave palestinienne de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

Le Congrès juif américain avait réclamé la restitution de ce prix attribué au chef du gouvernement turc à une époque où les relations entre les deux alliés régionaux étaient encore au beau fixe.

Depuis, avec les opérations de l’armée israélienne contre Gaza, l’arraisonnement d’un navire turc au large de ce territoire en 2010 qui avait coûté la vie à 10 militants turcs et la dernière offensive de l’armée israélienne contre le Hamas, soutenu par le gouvernement d’Ankara, les relations sont au point mort.

M. Erdogan a accusé l’Etat hébreu de « terrorisme d’Etat » et de génocide » contre les Palestiniens à la suite de la vaste opération militaire lancée le 8 juillet par Israël contre Gaza.