WASHINGTON – Saeb Erekat, négociateur palestinien en chef, a fustigé samedi une motion votée la semaine dernière par la Chambre des représentants américaine, qui demande aux Nations unies d’ « abroger ou de modifier fondamentalement » une résolution du Conseil de sécurité qui condamne les implantations israéliennes et les juge contraires au droit international.

Dans un communiqué fougueux, Erekat a imploré le Congrès « d’adhérer à la politique américaine établie sur l’illégitimité de l’entreprise de colonisation israélienne et d’annexion de Jérusalem, notamment à la plus récente position de l’administration Obama. »

Le mois dernier, le président Barack Obama a choisi de ne pas apposer le veto américain à une résolution qui critiquait fortement les implantations, affirmant qu’elles étaient à la fois illégales et un obstacle à la mise en place d’une solution à deux états. La résolution 2334 a ainsi été adoptée par 14 voix contre 0, et l’abstention des Etats-Unis.

La résolution affirme que l’entreprise d’implantations « n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international ». Elle appelle également à l’arrêt total de toutes les constructions dans les zones qu’Israël a conquis pendant la guerre des Six Jours de 1967, dont Jérusalem Est.

Selon le texte, de telles zones sont des « territoires palestiniens occupés », et incluent le quartier juif de la Vieille Ville, avec le mont du Temple et le mur Occidental, les lieux les plus saints du judaïsme, ce qui constitue un point de conflit majeur pour Israël et les communautés juives du monde entier.

Le mur Occidental et le mont du Temple (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le mur Occidental et le mont du Temple (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Erekat a encouragé le récent 115e Congrès à « adopter les termes de la [communauté] internationale pour mettre en place la récente résolution. »

La mesure de la Chambre à laquelle répondait Erekat constitue un rejet cinglant du blâme infligé à Israël par l’institution internationale. La résolution 11 de la Chambre affirme que la résolution 2334 du Conseil de sécurité est « anti-Israël » et est un obstacle « partial » à la paix, l’accuse de blâmer démesurément Israël pour la poursuite du conflit et de décourager les Palestiniens à s’engager dans des négociations bilatérales directes.

Elle a été votée à une écrasante majorité, par 342 voix contre 80, et marque ainsi l’opposition ferme de la Chambre à la décision d’Obama de ne pas protéger Israël d’un châtiment international.

Erekat a également dénoncé le récent appel du ministre de l’Education, Naftali Bennett, qui demande qu’Israël annexe l’implantation de Cisjordanie de Maale Adumim, située à la frontière de Jérusalem. Erekat affirme qu’une telle mesure entraînerait des troubles violents et augmenterait l’hostilité des Palestiniens et du Moyen Orient arabe.

« Ces tentatives ne feront que mettre de l’huile sur le feu des violences et créent un climat qui fomente les tensions, non seulement en Palestine, mais aussi dans le monde arabe et islamique et dans le reste du monde », a-t-il déclaré.