Des responsables américains ont assuré à Ramallah qu’Israël relâchera 30 prisonniers le 29 mars, selon un haut responsable palestinien.

Cette libération serait la quatrième et dernière étape dans le processus de libération des prisonniers, convenu dans les négociations de paix.

Le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, a rencontré le secrétaire d’Etat américain John Kerry avec le chef palestinien des Renseignements généraux Majed Faraj.

Il a affirmé au quotidien de l’Autorité palestinienne Al-Ayyam qu’il n’avait pas encore reçu de copie de l’accord-cadre, qui devait être présenté aux deux parties avant la libération des prisonniers.

« La discussion avec les Américains continue, sur tous les sujets, mais ils n’ont encore rien présenté sous forme écrite, » a affirmé Erekat à Al-Ayyam.

Israël a accepté de relâcher 104 prisonniers palestiniens pour faire preuve de bonne volonté dans le cadre des négociations, mais à condition que l’AP n’adhère à aucune organisation internationale et ne signe aucun traité pendant les neufs mois de négociations qui doivent se terminer en avril.

Des Palestiniens célébrant la troisième libération de prisonniers de décembre 2013 (Crédit : Issam Rinawi/Flash 90)

Des Palestiniens célébrant la troisième libération de prisonniers de décembre 2013 (Crédit : Issam Rinawi/Flash 90)

Erekat n’a pas indiqué si la liste des 30 prisonniers comprenait les 14 Arabes israéliens dont la libération requiert un vote de la Knesset.

Mais un assistant d’Erekat, Xavier Abu Eid, a révélé dimanche au Times of Israel que les Américains ont confirmé la liste rédigée par l’AP, qui inclut les Arabes israéliens.

Le nombre de prisonniers devant être libérés, cité par Erekat est différent de celui mentionné par le député Ibrahim Sarsur.

Ce dernier a indiqué au Times of Israel que les Palestiniens exigent la libération de 32 détenus, pour compenser la libération de 6 prisonniers qui ne figuraient pas sur la liste originale des détenus d’avant les accords d’Oslo.

Sarsur a peur qu’Israël ne se serve de la libération des six prisonniers palestiniens comme « excuse » pour garder les Arabes israéliens enfermés.

« Qui passe toujours entre les mailles du fillet ? Les prisonniers ayant la nationalité israélienne, » affirme Sarsur.

Dimanche, le ministre député des Affaires étrangères, Zeev Elkin, a demandé au gouvernement de ne plus libérer de prisonniers palestiniens avant que les dirigeants palestiniens n’acceptent de continuer les négociations au-delà d’avril.

Erekat a annoncé dimanche à la radio militaire qu’il avait conseillé le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas de renoncer aux négociations de paix menées par les Etats-Unis.