Le Hamas n’est pas une organisation terroriste et ne le sera jamais, a déclaré sur News Sky en arabe, le négociateur en chef palestinien avec Israël, vendredi.

Erekat a fait ces commentaires après qu’Israël a suspendu les pourparlers de paix jeudi en raison de la signature d’un accord d’unité entre les deux factions palestiniennes rivales, le Fatah et le Hamas de cette semaine.

Le gouvernement israélien a déclaré qu’il ne négocierait avec une direction palestinienne qui intègre une composante du Hamas, puisque « le Hamas est une organisation terroriste qui vise à la destruction d’Israël. »

Erekat, dans son interview vendredi, a répliqué que « le Hamas n’est pas et ne sera jamais une organisation terroriste pour nous. »

Erekat a ajouté dans l’interview Sky News en arabe que le Hamas n’est pas tenu de reconnaître Israël, car il y a des partis en Israël qui ne reconnaissent pas la Palestine.

« Est-ce que [le Premier ministre israélien] Netanyahu a demandé à Habayit Hayehudi [partenaire de la coalition orthodoxe nationaliste] de reconnaître l’Etat de Palestine ?  » a demandé Erekat.

« Est-ce que Netanyahu lui-même a reconnu l’Etat de la Palestine ? [Yair] Lapid [chef du parti de la coalition de Yesh Atid centriste] n’a pas reconnu l’Etat de Palestine » , a-t-il dit. De la même façon, « le Hamas n’est pas tenu de reconnaître Israël. »

Erekat a déclaré que l’OLP était responsable des négociations avec Israël. « Israël doit comprendre que l’autorité sur les négociations appartient à l’OLP, et tous les gouvernements palestiniens jusqu’à présent, y compris celui d’Ismael Haniyeh [Premier ministre du Hamas dans la bande de Gaza], ont convenu que l’autorité sur les négociations appartient à l’OLP et au gouvernement. »

Un accord entre l’OLP et Israël, a déclaré Erekat, sera soumis à un référendum.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé que l’accord d’union entre son mouvement, le Fatah, et les dirigeants du Hamas de Gaza serait basé sur les engagements de l’OLP.

Ce qui signifie qu’il prend en compte la reconnaissance d’Israël, la renonciation à la violence et l’acceptation des accords précédents, a déclaré jeudi soir le coordinateur spécial de l’ONU, Robert Serry, pour le processus de paix au Moyen Orient après une rencontre avec Abbas.

Lors d’une conversation avec Robert Serry à Ramallah, Abbas s’est engagé à ce que l’accord soit mis en œuvre sous la direction du président de l’AP « et sur la base des engagements de l’OLP », a déclaré le bureau de Serry dans un communiqué.

« Le président Abbas a souligné que ces engagements comprennent la reconnaissance d’Israël, la non-violence et le respect des accords antérieurs. Le président Abbas a également réitéré son engagement continu pour des négociations de paix et des manifestations populaires non violentes », indique le communiqué.