La résolution réclamant l’arrêt de la construction israélienne dans les Territoires palestiniens adoptée vendredi par le Conseil de sécurité de l’ONU représente « un grand camouflet » pour Israël, a déclaré Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne.

« Il s’agit d’une condamnation internationale unanime de la colonisation et d’un fort soutien à une solution à deux Etats », a-t-il ajouté, peu après le vote de la résolution.

Pour le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat, il s’agit « d’un jour historique » et d’une « victoire (…) du droit international ».

« C’est un message clair et unanime de la communauté internationale dans son ensemble au (Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu : ‘votre politique n’apportera la paix et la sécurité ni à Israël ni à toute la région' », a poursuivi Erekat.

« La seule voie pour la paix est la naissance d’un Etat palestinien indépendant et c’est sur cela que s’est entendue la communauté internationale aujourd’hui au Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Riyad Mansour, représentant palestinien à l'ONU, le 6 avril 2015. (Crédit : ONU / Loey Felipe)

Riyad Mansour, représentant palestinien à l’ONU, le 6 avril 2015. (Crédit : ONU / Loey Felipe)

A l’ONU, l’ambassadeur palestinien, Riyad Mansour, a déclaré que la résolution « réaffirme que les colonies israéliennes en territoire occupé, y compris Jérusalem-Est, la capitale éternelle de l’État de Palestine, n’ont pas de légalité, violent le droit international et constituent un obstacle majeur à la paix. »

Mansour a appelé à un « suivi vigilant » pour « sauver la solution à deux États » et a critiqué le « mépris flagrant » d’Israël pour le droit international.

Ayman Odeh, le 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat/FLASH90)

Ayman Odeh, le 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat/FLASH90)

« La vanité de Netanyahu et de ses ministres, les implantations et le vol de la terre palestinienne ont amené la communauté internationale à comprendre que le gouvernement israélien rejette véritablement la paix. Maintenant, nous devons continuer à travailler sur la scène internationale, mais aussi sur la scène locale pour créer un Etat palestinien et établir un accord de paix qui profite aux Palestiniens et aux Israéliens », a déclaré pour sa part le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh.

« Le Conseil de sécurité a réaffirmé aujourd’hui le consensus international en ce qui concerne l’illégalité des colonies et la violation des droits fondamentaux des Palestiniens. Cette décision envisage l’intérêt de toutes les personnes vivant entre la Méditerranée et le Jourdain : il ne s’agit pas d’une résolution anti-Israël, mais d’une décision équilibrée visant à refuser l’occupation – et non à nier Israël. On espère que cette décision favorisera des mesures internationales – pour l’avenir des Israéliens et des Palestiniens contre l’occupation, » a réagi l’ONG B’Tselem.

Dans un renversement de leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus lors du vote. Les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont eux voté en faveur du texte.

Le texte exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».