Auchan a plaidé l’erreur involontaire. La semaine dernière plusieurs clients se sont plaints, bientôt rejoint par le Bureau National de Vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), de l’étiquetage de grenades d’Israël qui affichait « Colonies israéliennes » comme provenance.

Pour se justifier Auchan explique s’être trompé, sans pour autant convaincre la communauté juive.

Ces fruits, a développé la chaîne de grande distribution française, provenaient bien du territoire israélien défini selon les frontières de 1967.

Loin de rejeter l’étiquetage des produits israéliens provenant des implantations, Auchan suit depuis le 24 novembre, explique le Parisien, « conformément à une décision de la Commission européenne, un avis du ministère de l’Economie indiqu[ant] que les denrées alimentaires en provenance des « territoires occupés par Israël depuis juin 1967 », « doivent porter un étiquetage reflétant cette origine ».