L’auteur présumé d’une agression raciste dans le métro à Barcelone, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux sous le titre « frappant un Chinois », a été arrêté lundi, a annoncé la police catalane.

Sur la vidéo réalisée par un ami de l’auteur présumé et postée sur YouTube dimanche, reprise par les médias qui évoquaient leur appartenance à un mouvement nazi, un jeune homme blond en tee-shirt s’approche d’un jeune homme asiatique assis dans un wagon de métro.

Après un court dialogue, l’homme debout frappe subitement et à plusieurs reprises le jeune homme assis qui se lève pour répondre à l’attaque avant que les deux hommes ne soient séparés par d’autres passagers et que la victime ne soit jetée hors du wagon.

La victime, originaire de Mongolie, a déposé plainte dimanche soir à la police qui a rapidement identifié l’agresseur présumé, a expliqué un porte-parole de la police à l’AFP.

La mairie de Barcelone a exprimé « sa condamnation totale de l’agression ». « Nous affirmons que ce type d’attitudes n’est pas acceptable dans notre ville », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

L’association SOS Racisme a également dénoncé l’agression, demandant de nouveau « des politiques antiracistes pour garantir l’égalité et la vie en commun ».

« Ce type d’agressions et ses actions postérieures, comme poster une vidéo sur les réseaux sociaux, sont une preuve flagrante et explicite de la présence d’un racisme violent dans notre société et de son niveau de normalisation », a-t-elle ajouté.

En 2007, une attaque similaire avait eu lieu dans le métro de Barcelone où un jeune Espagnol avait violemment agressé une équatorienne de 16 ans, lui administrant des gifles, des pincements et un coup de poing dans la figure.

L’agresseur a été emprisonné en mars pour huit mois, après s’être soustrait aux travaux d’intérêt général qu’il devait effectuer pour éviter la prison.

Cette affaire suit de peu plusieurs autres incidents à caractère raciste qui ont soulevé l’indignation en Espagne et au-delà. Un maire basque avait dû s’excuser fin mai après avoir été accusé d’avoir qualifié des immigrants de « merde ».

D’autres scandales ont éclaté après qu’une banane eut été jetée lors d’un match de football le 27 avril sur le défenseur brésilien du FC Barcelone Dani Alves par un supporteur du Villareal, et après des cris de singe visant le milieu sénégalais de Levante, Pape Diop, lors d’un autre match le 4 mai.