Les 56 habitants en âge de voter du village espagnol de « Castrillo Matajudios », ou « Castrillo Tue les Juifs », sont appelés à se prononcer au cours d’un référendum, le 25 mai, sur le remplacement de ce nom lourd à porter par un autre qui célébrerait son héritage juif.

« Aujourd’hui, quand les gens entendent parler de Castrillo Matajudios, ils s’exclament : ‘Quel village ! Ils tuent des Juifs là-bas. Vous avez tué des Juifs' », témoigne le maire de la commune, Lorenzo Rodriguez, initiateur de ce référendum.

« Il y a des habitants du village, des hommes d’affaires, qui vont en Israël, qui voyagent et qui évitent dans ce cas de montrer leurs passeports. C’est un nom qui aujourd’hui n’est pas acceptable », ajoute-t-il.

Si les habitants du village, situé près de Burgos, dans le nord de l’Espagne, acceptent de changer son nom, ils pourront choisir de rendre hommage à son héritage, en optant pour Mota Judios ou Mota de Judios.

Le village doit en effet sa création en 1035, au fait que des Juifs, dépossédés de leurs biens et expulsés de leurs maisons ailleurs en Espagne, s’étaient réfugiés là, sur une petite colline, « mota » en espagnol, selon Lorenzo Rodriguez.

Ils y étaient restés jusqu’en 1492, lorsque les rois catholiques ordonnèrent l’expulsion d’Espagne de tous les Juifs qui refuseraient de se convertir au catholicisme.

Le mairie veut désormais tenter de récolter des fonds pour financer une étude et des fouilles archéologiques afin de retracer l’histoire du site.

La première mention du nom Castrillo Matajudios apparaît en 1623, selon l’archéologue Angel Palomino, chargé d’une étude historique préliminaire.

Les descendants de Juifs, convertis au catholicisme, auraient pu décider de changer le nom du village après 1492, afin de démontrer leur ferveur.

« Les documents montrent qu’il y a eu plusieurs massacres de Juifs (…) comme cela s’est produit dans de nombreux quartiers juifs en Espagne et ailleurs en Europe », explique l’archéologue, qui estime qu’entre 300 et 400 foyers, soit environ 1 500 personnes ont peuplé le quartier juif de Castrillo Matajudios avant l’expulsion des Juifs d’Espagne.

Selon les historiens, au moins 200 000 Juifs vivaient en Espagne avant les expulsions de 1492. Ceux qui refusèrent de fuir ou de se convertir furent exécutés et brûlés vifs.

Déclarant vouloir réparer une « erreur historique », le gouvernement espagnol a approuvé en février un projet de loi visant à faciliter la naturalisation des descendants de Juifs séfarades [Sefarad signifiant Espagne en hébreu].