Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube ont annoncé mardi qu’ils s’associeraient pour contrôler la propagation de contenus terroristes sur internet.

« Il n’y a pas de place pour un contenu qui promeut le terrorisme sur nos services hébergés et destinés aux consommateurs. Quand nous sommes alertés, nous prenons des mesures rapides contre ce genre de contenu, en accord avec nos politiques respectives », ont déclaré les entreprises dans un communiqué conjoint.

Les entreprises ont annoncé qu’elles allaient créer une base de données partagées d’empreintes digitales numériques uniques, appelées « hachage », pour les photos terroristes violentes ou les vidéos et images de recrutement terroriste qui ont été supprimées de leurs plate-formes.

« En partageant ces informations, nous pourrons utiliser les hachages partagés pour aider à identifier un contenu potentiellement terroriste sur nos plateformes respectives », ont-elles déclaré.

Les réseaux sociaux sont devenus un outil de recrutement et de radicalisation utilisé par le groupe terroriste Etat islamique et d’autres.

Le programme devrait commencer l’année prochaine. Les entreprises ont annoncé qu’elles chercheraient d’autres partenaires dans le futur.