Après plusieurs années de querelles entre le maire et les conseillers municipaux de droite, le comité de construction et de planification locales de Jérusalem a adopté ce mercredi un plan de développement qui prévoit la construction de 2 200 nouveaux logements dans le quartier arabe hiérosolomytain de Arav al-Swahara.

« La planification des quartiers de Jérusalem-Est par la municipalité de Jérusalem est une expression claire de la souveraineté israélienne sur toutes les parties de la ville et de la force unifiée de Jérusalem », a déclaré le maire Nir Barkat.

Il a averti que l’absence de planification municipale ouvre la voie à une construction illégale « et à la prise de contrôle de vastes zones, causant des dommages à l’environnement et à la souveraineté israélienne sur la Jérusalem unifiée ».

Les résidents arabes de Jérusalem accusent souvent la municipalité de ne pas approuver les plans de logement dans les quartiers, tout en défendant activement les logements juifs dans l’est de la ville, forçant de nombreux Arabes à recourir à la construction illégale.

Des centaines de maisons arabes construites illégalement ont été démolies à Jérusalem-Est au cours de la dernière décennie, selon des données compilées par des ONG israéliennes.

Barkat et l’adjoint au maire Koby Kahlon, qui préside le comité, ont dû à plusieurs reprises reporter le vote sur le plan suite à des actions de partisans de droite, comme Aryeh King, directeur général du Fonds des terres d’Israël, et Mati Dan de Habayit Hayehudi.

King a mené une campagne concertée contre le plan, menaçant de verrouiller la coalition municipale et même à faire intervenir les ministres de Habayit Hayehudi Naftali Bennett et Uri Ariel pour qu’ils fassent pression sur les membres du conseil ultra-orthodoxe afin qu’ils votent contre le plan.

Mais ses efforts se sont révélés vains. Le bloc ultra-orthodoxe s’est abstenu et le plan a été adopté avec l’appui de Kahlon, de Tamir Nir du parti Yerushalmim, de Hanan Rubin de Hitorerut, et de Pepe Alalu de Meretz.

King a fustigé le parti Shas après le vote, l’accusant d’avoir aidé Barkat à faire passer le plan.

« Le conseiller municipal du Shas Michael Malkieli a malheureusement ‘disparu’, et s’est absenté de la réunion du comité, malgré sa promesse qu’il s’opposerait à ce plan, et à cause de lui, le plan de gauche est passé, » a-t-il écrit sur ​​Facebook.

Erratum : le texte publié auparavant laissait entendre qu’il s’agissait de constructions juives. En réalité, il s’agit d’un plan de construction destiné aux Arabes, pour eviter les constructions illégales, qui sont sinon détruites par les autorités. La citation de Nir Barkat a été mal utilisée, dans le sens où elle a été ressortie de son contexte. Autre erreur de la dépêche AFP : Alalu du parti Meretz a voté pour le plan de construction et non contre.
Nous vous prions de nous excuser pour ces malencontreuses erreurs.