Les employés de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) en Cisjordanie ont repris le travail vendredi 7 février, après une grève de plus de deux mois, qui s’est conclue par un accord entre l’UNRWA et les syndicats, selon des sources concordantes.

Un accord a été conclu jeudi soir pour « l’application de mesures d’amélioration des conditions de service du personnel et de la qualité des services aux réfugiés », a annoncé dans un communiqué le commissaire général sortant de l’UNRWA, Filippo Grandi,

L’UNRWA souhaite « la reprise immédiate de tous les services fournis par l’Agence en Cisjordanie, y compris à Jérusalem Est, car la grève – qui a duré plus de deux mois – a causé suffisamment de souffrance à une population déjà défavorisée », selon le texte.

Le ministre du Travail palestinien a confirmé cet accord dans un communiqué, précisant que les quelques 5.600 grévistes reprendraient le travail dès vendredi, et que les revendications salariales à l’origine du mouvement seraient prises en compte.

L’UNRWA, qui connaît d’importantes difficultés budgétaires, a cessé certaines activités en Cisjordanie, telles que les classes ou le ramassage des ordures, à la suite de cette grève, motivée par des questions de salaires et d’embauche.