Dans sa lutte contre le financement des organisations terroristes, l’État canadien a ajouté l’association IRFAN (International Relief Fund for the Afflicted and Needy) à sa liste des entités terroristes.

Malgré cela, selon le quotidien canadien La Presse, les autorités soupçonnent l’organisation « caritative » de continuer d’amasser des fonds pour le Hamas, principalement en liquide.

L’avocat de l’IRFAN (International Relief Fund for the Afflicted and Needy) souhaite contester en justice la décision des autorités canadiennes mais la loi empêcherait « l’association d’utiliser de l’argent pour le rémunérer. »

Ce dernier confie que « si quelqu’un était accusé d’actes terroristes, il pourrait engager un avocat et se défendre devant le tribunal. Mais la désignation d’un organisme comme entité terroriste empêche l’organisme d’engager un avocat pour se défendre, à moins d’obtenir une permission spéciale du ministre ou d’un juge ».

Selon le gouvernement canadien, « l’IRFAN aurait transféré 14,6 millions de dollars canadiens à une quinzaine d’organisations directement ou indirectement associées avec le Hamas. »